Election du président de la CAF / 2 candidatures dont celle d’Anouma validées, 2 en attente, Ahmad Ahmad recalé

La Commission de gouvernance de la Confédération africaine de football (CAF) a reçu et étudié cinq candidatures pour la présidence de la Caf, dont l’élection aura lieu le 12 mars prochain à Rabat au Maroc.

Réunie au Caire, la semaine dernière, la Commission de gouvernance de la Confédération africaine de football (CAF), a rendu public le résultat de ses travaux. La Caf a annoncé avoir officiellement validé deux de ces candidatures : celle d’Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football et membre du comité exécutif de la CAF et celle de l’Ivoirien Jacques Anouma, ancien membre du comité exécutif de la Fifa et ancien président de la Fédération ivoirienne de football.

En revanche, la candidature du président sortant Ahmad Ahmad a été déclarée inéligible en raison de la suspension de 5 ans prononcée par la Fédération internationale de football association (FIFA) concernant malgré son appel déposé auprès du Tribunal arbitral du Sport (TAS). La CAF a par ailleurs donné un feu vert provisoire à Ahmed Yahya, président de la Fédération mauritanienne de football et membre du comité exécutif de la Caf et au milliardaire sud-africain Patrice Motsepe, président du club de Mamelodi Sundowns.

« Leurs candidatures ont été jugées recevables. Cependant, la commission a estimé que des vérifications complémentaires sont nécessaires avant une décision finale. A cet effet, une audition de ces candidats sera organisée au Caire, le 28 janvier 2021 », a précisé l’instance.

 

Ahmad Ahmad en difficulté

 

Ahmad Ahmad peut-il encore briguer sa propre succession à la tête de la Confédération africaine de football (Caf) ? Rien n’est moins sûr. En poste depuis mars 2017, le Malgache avait pourtant annoncé, le 31 octobre dernier, son intention de rempiler pour un second mandat.

Mais réunie au Caire, la Commission de gouvernance de la Caf a recalé sa candidature, le 7 janvier, estimant que le président sortant était inéligible. La Commission n’a pas officiellement motivé sa décision, Ahmad Ahmad avait été suspendu par la Fifa pour une durée de cinq ans, le 23 novembre, pour détournement de fonds, abus de pouvoir et acceptation et distribution de cadeaux ou autres avantages – peine assortie d’une amende de 122 millions de francs Cfa (185 000 euros).