Côte d’Ivoire / Drame à l'hôpital général d'Adzopé : Pierre Dimba brandit des sanctions

Le ministre de la Santé, de l'Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle n'est pas du tout content, et là pas du tout des agents en poste la nuit du jeudi 6 à vendredi 7 mai 2021, au moment du drame.

Il a effectué une visite d'urgence à l'Hôpital général d'Adzopé, ce samedi 8 mai 2021 suite au drame survenu dans cette localité.

En effet, dame Habiba Zerbo, la quarantaine révolue, venue donner la vie, a perdu la tienne et celle du bébé qu'elle portait. Selon des sources présentes, la dame aurait été abandonnée seule, sans assistance sur le lit d’accouchement. Prise de douleur vive et se tordant dans tous les sens, elle va chuter alors que le bébé avait amorcé sa sortie. La mort de la mère et son enfant sera malheureusement constatée.

Quel choc pour le tout nouveau ministre qui, arrivé dans la cité de la Mé, a réuni tous les agents du centre de santé en présence du Préfet de région, des membres du cabinet ministériel pour des explications.

Il en ressort que la négligence a été à l'origine de ce drame encore évitable surtout que la Côte d'Ivoire lutte de façon farouche contre la mortalité maternelle, néonatale et infantile. 614 décès pour 100 000 naissances.

Après ces explications, le ministre a été très amer et a annoncé déjà les couleurs quant aux sanctions qu'il prendra.

Pierre Dimba N'gou a par la suite conduit sa délégation chez les parents de la famille éplorée.

Tout d'abord, le premier responsable du système sanitaire ivoirien a présenté ses condoléances et celles du gouvernement à l'époux des disparus, aux enfants, aux parents et à toute la communauté. Et les a rassurés que les mesures seront prises pour que plus jamais un tel drame ne se reproduise.

Déjà, le procureur s’est saisi du dossier et plusieurs sanctions sont à l’étude contre ceux qui seront reconnus coupables de négligence ayant occasionnée le décès de 2 personnes.

Après donc le drame des jumeaux au CHU de Cocody, voici encore un autre qui secoue le corps de la santé.

Le ministre Pierre Dimba N'gou a bien pris la mesure des évènements.

« Plus rien ne sera comme avant, ça suffit », a-t-il martelé. Les mesures conservatoires et sanctions sont donc attendues.