Célibat / « Les hommes me fuient parce que je suis possédée »

Amina souffle bientôt sa trentième bougie. Mais toujours célibataire. Alors que la plupart des filles de son âge sont déjà des mères au foyer. Belle, charmante, intelligente et gentille, Amina est l’objet d’une rude concurrence. Tous les hommes qui la voient tombent ipso facto sous son charme. Des propositions en mariage sont faites comme elles sont renoncées.

 

Esprits jaloux

 

« Les hommes me fuient parce que je suis possédée », déplore la jeune dame. Sous le contrôle des esprits, elle devient incontrôlable et difficile à maîtriser. On dirait que sa force se quadruple. Elle déteste pendant cette courte période toute compagnie humaine.

« Ces esprits qui semblent jaloux de moi, ne se manifestent aussi sévèrement que lorsque je suis sur le point de réussir une nouvelle relation amoureuse », indique-t-elle. Pourtant, nombreux sont ceux qui ne prennent pas au sérieux cette histoire assez fréquents chez les jeunes filles de notre ère. On nie leur existence sans pour autant réussir à expliquer concrètement ce qui fait que ces filles se débattent une fois que ces esprits se manifestent.

 

« Le véritable amour existe toujours »

 

Cette situation fait croire à Amina qu’il n’existe pas de véritable amour dans ce monde. « L’amour est d’aimer son partenaire, l’aider corps et âme lorsqu’il se trouve dans des difficultés, mais tous ces hommes qui continuent à me fuir parce qu’ils ont découvert que j’étais malade ne m’aimaient pas au fond », se convainc-t-elle.

Comme on le dit généralement, dans le désespoir naît l’espoir. Amina finit par rencontrer son âme sœur : Ousmane. Désespérée de toutes les relations amoureuses devant conduire au mariage, prête à accepter désormais son sort de célibataire à vie, elle a décidé d’avertir tous les candidats qui se pointeront.

À Ousmane, depuis leur première rencontre, elle explique ce dont elle souffre. Le jeune Ousmane, également la trentaine, accepte malgré tout d’épouser Amina et de la guérir de son mal. « Je suis aujourd’hui la plus heureuse des femmes. Je découvre enfin que le véritable amour existe toujours quelque part. Mais il faut du temps avant de la découvrir », conclut-elle toute heureuse sous son voile de mariage.

Mariam N’diaye