en-exil-depuis-trois-ans-qui-en-veut-a-prince-abass-artiste-proche-de-gps.png

Artiste proche de Générations et peuples solidaires (GPS), Prince Abass, est dans le collimateur des autorités qui le suspectent d’activités subversives. Ce que réfute totalement reggae man contraint à l’exil depuis trois ans.

Artiste reggae proche de GPS et surtout de l’ambassadeur Souleymane Kamaraté Koné dit Soul To Soul, Prince Abass est l’objet d’une traque depuis plusieurs mois. Alors qu’il est contraint à l’exil depuis près de trois ans, quelques mois après le retour manqué en Côte d’Ivoire de Guillaume Soro, le domicile de l’artiste à Abidjan, fait régulièrement l’objet de descentes d’hommes armés. Sont-ce des éléments des forces régulières ? C’est l’une des questions que les proches de Prince Abass se posent, surtout que les descentes se sont enchaînées ces derniers temps. Si la première remonte à mars 2021, les autres ont eu lieu en août et décembre dernier. A l’évidence, c’est à la suite de la vidéo d’un cyberactiviste qui assure avoir remonté les traces de l’artiste jusqu’à Korhogo d’où il serait censé lancer des opérations de déstabilisation du pays, que les incursions d’août et de décembre 2022 ont eu lieu. Joint, un proche de Prince Abass, se dit étonné par les accusations portées à l’encontre de son parent.

« C’est depuis le mois d’octobre 2020 qu’il a quitté le pays, le plus normalement du monde, c’est-à-dire en passant par l’aéroport d’Abidjan. Il s’est rendu en Europe, pour y retrouver et passer un peu de temps avec une partie de sa famille qui y est établie. C’est depuis lors que des gens, on ne sait dans quelles intentions, l’accusent de tremper dans un projet de déstabilisation du pays. Du fait de ces calomnies, il ne peut pas rentrer au pays car il mettrait sa vie en danger s’il revenait dans les conditions actuelles. La dernière accusation, faite par quelqu’un que nous ne connaissons même pas, laisse entendre qu’il serait rentré en Côte d’Ivoire en passant par le Mali et qu’il aurait sur lui de fortes sommes d’argent. C’est ridicule tout ça », confie ce proche de l’artiste.

« Mon frère est juste un artiste qui mène son combat en chanson, aux côtés d’autres Ivoiriens qui ont choisi de militer à GPS. Est-ce un crime que de s’associer à une lutte politique ? Prince Abass n’est pas le premier artiste ivoirien à épouser une cause politique », ajoute notre interlocuteur, non sans préciser que le reggae man a depuis lors fait des vidéos pour démentir toutes les accusations dont il fait l’objet.

« Etant très proche de Soul To Soul qui est un grand mécène très connu du monde artistique, Prince Abass est victime soit de jalousie certainement de la part de ses détracteurs, soit des mêmes gens qui veulent réduire au silence tous les Soroïstes dont la voix porte », soupçonne le parent du reggae man qui répond au nom de Sory Diallo, à l’état-civil. Joint également, Prince Abass s’est montré catégorique. « Je ne me reproche rien. Depuis que j’ai quitté la Côte d’Ivoire, le 5 octobre 2020, je n’y ai plus remis les pieds jusqu’à ce jour », a-t-il répondu brièvement.

A.K. et MD