Côte d’Ivoire / Délivrance du passeport de Gbagbo : Chantage honteux du gouvernement ivoirien

La délivrance du passeport diplomatique de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo est au cœur de toutes les tractations. Le pouvoir d’Abidjan a décidé de soumettre la délivrance de ce document à des conditions qui frisent vraiment le chantage.

African intelligence ou la Lettre du Continent révèle, dans sa livraison de ce vendredi 20 novembre 2020 que « l’administration Ouattara veut s’assurer que Laurent Gbagbo joue le jeu de l’ouverture ».

Selon le quotidien du continent, « c’est à un remake diplomatique du jeu de la carotte et du bâton que va se livrer dans les prochains jours, une petite équipe envoyée à Bruxelles par le ministre ivoirien des Affaires étrangères Ally Coulibaly pour finaliser la remise d’un passeport diplomatique à l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo. Su une partie des diplomates va négocier les derniers détails avec l’ancien chef de l’Etat – en échange de son passeport, la présidence veut que Laurent Gbagbo s’engage à jouer le jeu de l’ouverture – l’autre doit mener un curieux audit non dénué d’arrières pensées ».

Ainsi, les services du ministre Ally Coulibaly auraient lancé un « vaste examen des passeports diplomatiques délivrés par Laurent Gbagbo du temps où il était au pouvoir.

D’après Africa intelligence, le pouvoir d’Abidjan soupçonne Laurent Gbagbo d’avoir été « particulièrement très généreux en matière de laissez-passer. Au cas où l’ancien président ne saisirait pas l’allusion, c’est pas l’ambassade de Côte d’Ivoire à Bruxelles que va démarrer ce très opportun audit », informe le quotidien.

Alassane Ouattara met également dans la balance « un geste dans l’affaire du casse de la CEDEAO » dans laquelle Laurent Gbagbo a déjà été condamné à 20 ans de prison.

A.K.