Nous sommes le: 04/04/2020 et il est: 06:08

Sassandra / Deux gérants de coopératives de café-cacao jetés en prison pour avoir réclamé leurs ristournes

Le mois d’octobre 2019 restera gravé dans la mémoire de Théodore Konan et Assémien Drissa, deux gérants de coopératives agricoles de café-cacao à San Pedro, jetés en prison.  

 

Au cours des campagnes de commercialisation de cacao 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015, ils ont, par procuration remise par Ali Attié dit Ali cheveux blanc, acheminé tout leur achat de produits sur le compte de la société de l’homme d’Affaire Libanais.

 

Dans ces cas de figure, une ristourne de 10 francs par kilogramme est reversée à chaque coopérative. Ces ristournes permettent aux coopératives de  se prendre en charge mais aussi d’assurer le bien- être de leurs membres, à travers la mise en place de certaines infrastructures telles que les écoles, les centres de santé et les routes. Cependant, depuis 2011, aucune ristourne n’a été reversée à ces coopératives. Après plusieurs années de négociation, Théodore Konan décide de passer par voie de justice à l’effet de procéder au recouvrement. Un huissier est alors saisi et sur la base des documents remis par les coopératives, il ressort que la société de Ali Attié reste devoir la somme d’un milliard sept cent cinquante millions de francs Cfa comme ristourne.

 

Le 23 octobre 2019, la sommation est déposée sur le bureau de M. Ali par maître Soumahoro, huissier de justice à San Pedro. Cette sommation va provoquer le courroux  de l’homme d’Affaire Libanais qui en retour exige une somme de vingt-sept millions et une voiture d’une valeur de deux millions à Théodore Konan, soit un total de vingt-neuf millions de francs Cfa. Selon lui, il aurait remis au titre de l’année 2017 une somme de cent millions de francs Cfa à  Théodore Konan  afin d’acheter des produits sans la signature préalable du moindre document. Vingt-sept millions n’ont pas été retrouvés à la fin de la campagne 2017.

 

Le film de l’arrestation des gérants de coopératives

 

Le 24 octobre 2019, le commissaire du 2ème arrondissement de San Pedro invite par téléphone les deux gérants à se rendre au poste de police. Une fois au commissariat, Théodore Konan est accusé d’avoir détourné une somme de vingt-sept millions en plus du véhicule de marque Toyota remis par M. Ali dans le cadre de ses fonctions. Soit un total de vingt-neuf millions. Le commissaire exige alors aux deux gérants, une reconnaissance de dette et surtout un document pour renoncer aux ristournes (1 milliard 750 millions F Cfa) avant d’être libérés. 

S’agissant des 27 millions de perte sur les 100 millions, des pisteurs qui ont été interpellés par le commissaire au poste de police (2ème arrondissement), ont avoué être les acquéreurs avec des décharges signées pour ce montant en faveur d’Ali Attié. Malgré toutes ces explications et des négociations, les deux prisonniers d’Ali cheveux blancs sont déférés à la prison civile de Sassandra pour détournement, le 29 octobre 2019.

 

En décembre 2019, les avocats commis pour défendre les deux gérants introduisent une demande de mise en liberté provisoire auprès du procureur de San Pedro qui a rejeté la demande.

 

Joint au téléphone, ce mercredi pour avoir les raisons du rejet de la demande provisoire, le juge d’instruction Dagnogo Djakaridja a déclaré ceci : « Vous n’êtes pas avocat et rien ne prouve que vous êtes journaliste donc je ne peux rien vous dire ».

 

Pour leur libération, M. Ali exige un document où les deux détenus renonceraient définitivement aux ristournes. Selon une source, une dizaine d’opérateurs en conflit avec Ali Attié dit Ali Cheveux blancs sont détenus à la prison civile de Sassandra.

 

La réaction d’Ali Attié

 

Joint au téléphone à plusieurs reprises, l’homme d’affaires déclare qu’il détient les documents qui attestent que Théodore Konan, son ex-gérant, lui doit la somme de 29 millions FCfa. Documents qu’il refuse de mettre à notre disposition. 

 

 Aka