Nous sommes le: 20/01/2020 et il est: 04:26

Dette en Afrique / Le tacle de Patrice Talon envers le FMI, l’OCDE et autres

A l’occasion du sommet extraordinaire de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (UEMOA), entamé ce lundi 2 décembre 2019 à Dakar, le président de la République du Bénin, Patrice Talon n’a pas fait mille chemins avant d’envoyer des tacles radieux au FMI, l’OCDE et autres. Il a abordé la question de la soutenabilité de la dette en Afrique.

 

Ce lundi 2 décembre 2019, le Sommet extraordinaire de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (UEMOA) a commencé à Dakar. Au cours de ce sommet, face à la question de la soutenabilité de la dette en Afrique, le chef d’État béninois n’a vraiment pas fait cadeau aux organisations monétaires comme le Fonds Monétaire International (FMI) et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

 

Selon son développement, ces derniers n’aident pas véritablement les pays africains comme c’est censé l’être dans le cadre de la soutenabilité des dettes. Selon ses propos relayés par Bénin web Tv, le président Patrice Talon s’est exprimé en ces thèmes : « Je voudrais enfoncer deux clous que le président Macky Sall a planté tout à l’heure à propos de la mauvaise perception du risque dans la région africaine et du refus d’appréciation de la bonne dette par les institutions », a-t-il indiqué.

 

Selon lui, au-delà des mots, les institutions qui sont censées aider les pays à mieux appréhender les contours de la soutenabilité de la dette ne semblent pas apporter grande chose. Ainsi, le N°1 béninois souhaite plus d’actions concrètes et réalistes dans ce sens. « Je voudrais m’adresser à la Directrice du Fonds monétaire international pour lui dire que nous faisons de l’exhortation pour une bonne perception des risques en Afrique. Mais les institutions multilatérales ne nous aident pas dans ce domaine et font seulement des discours », a déclaré le président Patrice Talon. Il poursuit en évoquant le cas de l’OCDE.  « Je vais donner un malheureux exemple. C’est celui de l’Organisation de coopération et de développement économique (l’OCDE) qui, sur une échelle de 0 à 7 dans la perception de risque classe la plupart des pays de la région africaine en degré 6 je crois… ».