Nous sommes le: 21/10/2019 et il est: 01:48

CPI / nouveau rebondissement dans le procès de Laurent Gbagbo

Rien n’est encore perdu pour Laurent Gbagbo dans la course à la présidentielle de 2020. En effet, la défense de l’ancien président ivoirien vient d’introduire une demande de mise en liberté immédiate et sans condition de son client. Dans une note déposée lundi 7 octobre, le principal avocat de l’ex-chef d’Etat a justifié cette position. Et pour cause, son maintien en détention même surveillée, ne se justifierait plus.

C’est un nouveau rebondissement dans le procès Laurent Gbagbo. En résidence surveillée à Bruxelles, l’ancien président ivoirien est contraint d’observer un régime de semi-liberté. Selon la note introduite par son équipe de défense, ce régime n’est « fondé ni juridiquement ni factuellement ». D’après Emmanuel Altit, son principal avocat, l’ex- pensionnaire de la prison de Scheveningen doit désormais jouir de toute sa liberté d’aller et de revenir. C’est pourquoi il exige sa libération immédiate et sans condition. A dire vrai, Laurent Gbagbo garde encore un espoir quant à sa participation à l’échéance électorale de 2020.

A en croire Jeune Afrique, la chambre d’appel dispose d’un délai illimité pour se prononcer sur cette demande du conseil de défense du natif de Gagnoa. Cette demande de mise en liberté complète, si elle est acceptée, permettrait au patron du Front populaire ivoirien (FPI) de participer activement à la présidentielle de 2020 qui se pointe à l’horizon dans son pays. Même si Gbagbo n’a clairement pas affiché sa volonté d’y participer, les démarches entreprises par son bras droit le Dr Assoa Adou en disent long. Les regards sont désormais tournés vers la cour pénale internationale pour la suite à donner cette requête vue que la procureure Fatou Bensouda a interjeté appel de la décision d’acquittement de l’ex-dirigeant et son filleul Charles Blé Goudé.