Nous sommes le: 18/02/2020 et il est: 01:49

Côte d’Ivoire / Réapparition du phénomène de disparition du sexe : Trouble à Danané

La ville de Danané vit, depuis un moment une histoire de disparition de sexe.  Plusieurs jeunes se plaignent de la disparition de leurs organes génitaux. Une situation qui crée beaucoup de troubles et de tensions dans la ville.

 

Selon des informations recueillies auprès d'une source sur place, les choses ont commencé, il y a presqu'une semaine. « Il y a quelques jours, un jeune conducteur de moto s'est plaint de la disparition de son sexe après avoir transporté des jeunes allogènes depuis le village de Zoupleu. Il a constaté cela après avoir descendu ces derniers qui ont disparu peu après.

 

Mais ce cas avait beaucoup de versions.  Certains ont soutenu que c'est parce qu'il avait cocufié l'un des jeunes autochtones », explique notre interlocuteur. Pendant la suspicion hantait les habitants de la cité des ronces, deux jours après un autre jeune constate la disparition de sa partie génitale.

 

Cinq personnes venues acheter des marchandises chez lui sont pris à partie. Mais ils arrivent à se défaire de leurs bourreaux.  Le bruit prend toute la ville et la tension monte d'un cran. Des jeunes envahissent le même jour la compagnie de gendarmerie pour se faire entendre.   

 

Ce mardi 4 février contre toute attente, au quartier Houphouët-Ville, une autre  disparition de sexe est signalée. Le présumé auteur est pris en chasse. Rattrapé, il est battu à sang. Des agents de la police interviennent et extirpent le pauvre avec une résistance farouche de la foule qui voulait mettre fin à la vie de l’infortuné.

 

Dans ce tintamarre, les vitres du véhicule d'intervention des policiers volent en éclat. La peur grandissant, les cours sont suspendus dans les lycées et collèges de la ville. Les jeunes sont sur pieds de guerre, chacun avec des citrons et autres objets pour se protéger du danger.

 

Une psychose généralisée s'est emparée de la ville. Pour ramener le calme et la quiétude, des éléments de la préfecture de police de Man sont partis en renfort depuis 14 heures, selon le préfet de police, le  Commissaire divisionnaire Ouattara Brahima.

N. G.