Nous sommes le: 21/10/2019 et il est: 12:28

Côte d’Ivoire / Protestation contre la condamnation de Jacques Mangoua : Comment le jeune Diby a été abattu

Les partisans de Jacques Mangoua sont sortis nombreux, le jeudi 3 octobre dernier dans les rues de Bouaké pour protester contre l’arrestation et la condamnation du président du conseil régional du Gbëkëk.

 

La réaction des forces commises à l’ordre, ce jour, a été fatale à un manifestant. En effet, lorsque les forces de l'ordre sont arrivées, elles ont lancé des bombes lacrymogènes pour disperser les manifestants. Ces derniers se sont tous dirigés dans le village de Kondoukro. Dans ce village, les forces de l'ordre, en lançant les bombes lacrymogènes,  ont occasionné un mort et 2 blessés par balles réelles.

 

Dans le village de Kondoukro où les populations ont enregistré la perte tragique d’un des leurs Kouakou N'guessan Romaric dit Diby N'guessan, c’est la consternation et la désolation qui se lisaient sur tous les visages, ce vendredi 4 octobre 2019. Ce sont des populations abattues et inconsolables par la mort du jeune cultivateur que nous avons trouvées dans ce bourg situé à quelques encablures de Bouaké.

 

Interrogé, le notable, Raymond N'goran Koffi, relate les faits.

 

« Hier (ndlr : jeudi), suite à l'arrestation de notre président du conseil régional, les jeunes ont  décidé de manifester leur mécontentement. Ainsi, ils ont dressé des barrages sur la voix nationale pour empêcher le trafic dans la région. Lorsque les forces de sécurité sont  arrivées, elles ont commencé à lancer des bombes lacrymogènes pour disperser la foule. Après, les jeunes se sont dispersés et il y a une accalmie. C'est ce moment que le jeune Kouakou N'guessan Romaric dit Diby N'guessan,  âgé de 28 ans et cultivateur qui creusait une fosse septique non de la voix nationale choisit de rejoindre la maison. Dans sa course dans un couloir du village, il a reçu une balle sur le côté gauche qui a traversé le corps pour atteindre le bras droit. C'est ainsi qu'il s'est affaissé. Les jeunes filles qui ont assisté à la scène, ont crié au secours. Les jeunes ont interpellé les forces de l'ordre présentes pour dire qu'elles ont tué l’un des leurs. Ce que les forces de sécurité ont rejeté du revers de la main disant qu'elles n'ont pas tiré de balles réelles. Un chef des forces de sécurité a arrêté un car de transport en commun pour conduire le blessé à l'hôpital de N’djebonoua. C'est en cours de route que le jeune Kouakou Romaric dit Diby N'guessan a trouvé la mort. Il a été conduit par la suite à la morgue de N’djebonoua », a expliqué le notable.

 

Le notable Raymond N'goran Koffi, a annoncé par ailleurs qu'il y a eu deux blessés que sont Norbert Kouassi Konan, blessé à la jambe droite par balle réelle dont la balle se trouve encore dans la jambe et Benoît Yao Kouadio qui reçut un coup de crosse de fusil à la tempe gauche.

 

O. K.

Correspondant régional