Nous sommes le: 12/11/2019 et il est: 02:43

Côte d’Ivoire / Privation de son passeport, tentative d’enlèvement en Espagne: Soro accuse le gouvernement (communiqué)

Le Gouvernement ivoirien par les services du Ministère des Affaires Etrangères a publié un communiqué dans lequel il se défend de toute responsabilité
dans la tentative d’enlèvement dont M. Guillaume Kigbafori SORO
a failli être victime dans la nuit du 7 au 8 octobre 2019, à l’hôtel
El Palace à Barcelone, en Espagne.

Le Gouvernement soutient que l’ambassadeur de Côte d’Ivoire
en Espagne n’était nullement informé de la présence de M.
SORO sur le sol espagnol et proclame son engagement à
protéger ses citoyens partout où ils se trouvent dans le monde.

M. SORO note avec intérêt que le gouvernement ivoirien
reconnaît l’agression dont il a été victime de la part de policiers
espagnols agissant prétendument pour le compte d’Interpol.
M. SORO s’étonne cependant de cette tentative de justification
vu que, pour le moment, il n’a pas indexé le gouvernement
ivoirien comme étant à l’origine de cette cabale visant à salir son
honneur et sa réputation. La justice espagnole ayant été saisie,
les responsabilités ne tarderont pas à être établies et des actions
pénales seront engagées contre les commanditaires et les
exécutants de cette sombre machination.

Il constate que le Ministère ivoirien des Affaires étrangères s’est
étrangement abstenu de toute action ou intervention bien que
l’agression dont il a failli être victime ait été rendue publique.

En effet, dès la survenance des faits, l’ambassade de Côte
d’Ivoire en Espagne a été saisie via le + 34 605 12 85 XX, le
numéro de la secrétaire de l’ambassadeur. Assurance a été
donnée que ce dernier, absent de son bureau, contacterait
immédiatement M. Soro. Cet appel de l’ambassade n’est jamais
venu.

Pire, l’ambassadeur a été appelé sur sa ligne personnelle,
le +34 689 49 21 XX. Sans succès.

Les propos sur le devoir d’assistance du gouvernement envers
ses citoyens à l’étranger, dans le cas particulier de M. Soro nous
semblent donc malvenus.

Enfin M. SORO observe que le gouvernement ivoirien continue
de demeurer muet sur la privation de passeport ordinaire dont
il est victime depuis plusieurs mois.

TOURE Moussa

Directeur de la Communication