Nous sommes le: 18/02/2020 et il est: 01:31

Côte d’Ivoire / Le maire de Sangouiné veut mettre les fonctionnaires de sa cité à l’abri du phénomène des « margouillats »

Le samedi 1er février 2020, le maire de la commune de Sangouiné, Rémi Dion a reçu plus 500 enseignants et fonctionnaires de Sangouiné au centre culturel de la ville. Objectif partager un repas en ce début d'année mais surtout inviter les fonctionnaires à s'organiser pour se mettre à l'abri des usuriers, communément appelés ''margouillats''. 

 

 

« Cette rencontre est l'occasion, avec votre accord de mettre en place une caisse de solidarité ou une mutuelle pour vous soutenir financièrement. Chaque année, un apport de 500 000 francs CFA vous sera octroyé pour le fonctionnement de cette caisse. Je vous promets que ce sera une tradition et elle commence ce jour avec une enveloppe de 500 000 FCFA », a indiqué Rémi Dion. 

 

Le premier magistrat de la commune de Sangouiné a invité les fonctionnaires à l'aider dans la gestion communale. Une tâche certes difficile mais pas impossible.

 

Le maire est revenu sur les derniers événements qui ont secoué la toile et la ville de Sangouiné, l’opposant à une dame dans un litige foncier.

 

« J'ai été l'objet de plusieurs insultes, critiques et dénigrements avant mon accession au pouvoir et pendant ma mandature. Comme le dit un adage, les abeilles piquent toujours les fruits mûrs. Et moi Rémi Dion, je suis un fruit mûr du Tonkpi » 

 

L’idée du maire de les aider à s'organiser, est apprécié par enseignants et autres fonctionnaires de la commune de Sangouiné.

 

« Nous voulons saluer l'esprit d'ouverture de notre maire. Aujourd'hui nombreux sont nos amis qui ont leurs cartes magnétiques aux mains des ‘'margouillats''. Et ce sont eux qui leur dictent leurs lois. En nous mettant en mutuelle avec une caisse bien renflouée, beaucoup seront à l'abri de ces usuriers qui nous fatiguent. Nous voulons dire merci au maire pour tout ce qu'il fait pour les fonctionnaires ici dans sa commune et même au-delà car tous ceux qui sont ici ne sont pas seulement sur le périmètre communal », ont-ils fait savoir.

N. G.