Nous sommes le: 12/11/2019 et il est: 02:50

Côte d’Ivoire / Duékoué : Victimes de rackets, les acteurs de la filière café cacao grognent

« Nous disons stop aux rackets et aux barrages anarchiques ». C’est le cri de cœur des producteurs et acteurs de la filière café-cacao à Duékoué.

 

Le collectif des acheteurs de café cacao, principaux acteurs de la filière du département de Duékoué ont tenu, ce vendredi 25 octobre 2019 une importante réunion dans la salle de la mairie pour débattre de nombreux maux qui minent leur secteur d’activité. En effet, un amer constat a été fait par les acteurs de la filière café cacao de Duékoué ; les nombreux barrages anarchiques, spontanés dits non conventionnels des forces de l’ordre (policiers, routiers, gendarmes douaniers) qui prolifèrent sur les différents axes routiers du département de Duékoué, les empêchent de travailler. Ne sachant à quel saint se vouer, ils ont décidé d’adresser un courrier à la direction régionale du conseil café cacao et à la plus haute instance administrative de la région du Guémon, en la personne du Préfet de région Sory Sangaré pour que leurs doléances soient prises en compte.

 

Ces acteurs de la filière voudraient, à l’instar de leurs homologues des autres régions de la Côte d’Ivoire bénéficier du droit de libre circulation des véhicules de ramassages de leurs produits ayant leurs papiers en règle. Car, bon nombre d’entre eux ayant les pièces en règles sont victimes de racket de la part des forces de l’ordre. Certains ont même vu leurs pièces confisquées tant qu’ils ne se sont pas acquittés de la somme de 1000 F cfa pour les véhicules vides et 2000 F cfa pour ceux qui sont chargés de produits et cela autant de fois qu’ils passeront à ces barrages.

 

Le nombre pléthorique de ces barrages anarchiques et corridor de fortune constitue une entrave au bon déroulement de la campagne 2019-2020 du café cacao.

 

Ce qui met un frein au développement du pays prôné par le Président Alassane Ouattara dans sa vision d’émergence en l’An 2020.

 

« Nous respectons la mission des forces de l’ordre, celle veiller et de protéger les biens et les personnes mais nous nous offusquons des rackets dont nos camions qui sont en règle sont victimes même en pleine ville. Nous respectons les corridors légaux mis en place par le gouvernement pour les contrôles de routine mais pour ceux dits anarchiques nous demandons aux forces de l’ordre, leur suppression », a martelé le porte-parole de ce collectif Traore Youssouf ‘’Fella’’

S. C.

Correspondant régional