Nous sommes le: 12/11/2019 et il est: 04:37

Côte d'Ivoire / «Casse de la BCEAO» : Gbagbo et ses co-accusés définitivement condamnés à vingt ans de prison

Vingt ans de prison et 329 milliards d'amendes pour avoir fait ouvrir les coffres de la banque centrale des Etats de l'Afrique de l'ouest en pleine crise post-électorale de 2010-2011.

C'est le nouveau verdict prononcé, ce mardi qui confirme celui rendu en janvier 2018 par le président du tribunal qui jugeait notamment l'ex-président Laurent Gbagbo et trois de ses ministres.

Alors que Laurent Gbagbo n’est pas encore fixé sur son sort judiciaire à la Cour pénale internationale (CPI), il a été condamné en Côte d'Ivoire dans l'affaire du braquage de la BCEAO durant la crise post-éléctorale.

 

La défense de Laurent Gbagbo avait fait opposition à la première condamnation de 20 ans de prison. L’examen de l’opposition s’est fait.

 

Vingt ans de prison et 329 milliards d'amende CFA (500 millions d'euros) à payer à l’Etat ivoirien : la peine prononcée par le président du tribunal, Sombé Méïté, est lourde.

 

Quatre principaux accusés: l’ex-président Laurent Gbagbo et trois de ses ministres -l'ex-Premier ministre Gilbert Aké N'gbo, l'ex-ministre des Finances Désiré Diallo et Koné Katinan ex-ministre du Budget- condamnés pour avoir au moment de la crise post-électorale de 2010-2011 donné l’ordre d'ouvrir les coffres des agences de la BCEAO, la Banque centrale ouest-africaine alors que l'institution sous-régionale avait pour consigne de bloquer les comptes de l'Etat ivoirien.

Les avocats de Laurent Gbagbo n’ont pas jugé utile de se présenter à l’audience, ce mardi.

 

Laurent Gbagbo est en résidence surveillée à Bruxelles après avoir été acquitté par la CPI (à La Haye) et Koné Katinan en exil au Ghana.

 

Les deux autres condamnés présents au palais de justice en janvier 2018, sont ressortis libres. Aucun mandat d’arrêt n’a été délivré à l’issue du jugement.