Sommet sur la démocratie / La Côte d’Ivoire exclue par Joe Biden pour manque de démocratie

110 pays dans le monde ont été conviés à un sommet virtuel sur la démocratie qu’organisent les Etats Unis d’Amérique (USA) les 9 et 10 décembre 2021. Parmi eux, 17 pays africains. La grande surprise, c’est l’absence d’un pays phare comme la Côte d’Ivoire à cette rencontre qui réunira des dirigeants de gouvernement, de la société civile et du secteur privé.

Selon le département d'Etat américain, l'objectif du sommet, pour les États-Unis, était d’offrir « une opportunité d'écouter, d'apprendre et de s'engager avec un large éventail d'acteurs dont le soutien et l'engagement sont essentiels pour le renouveau démocratique mondial. Il mettra également en valeur l'une des forces uniques de la démocratie : la capacité de reconnaître ses imperfections et de les affronter de manière ouverte et transparente, afin que nous puissions, comme le dit la Constitution des États-Unis, « former une union plus parfaite ».

Afrique du Sud, Angola, Botswana, Cap Vert, Ghana, Kenya, Libéria, Maurice, Malawi, Namibie, Niger, Nigeria, RD Congo, Sao Tomé et Principe, Sénégal, Seychelles, Zambie.

La Côte d’Ivoire ne figure pas sur la liste des 17 pays africains invités pour, apprend-on, manque de démocratie. Cette liste est toutefois loin de faire l’unanimité enregistre également l’absence du Bénin et des pays de l’Afrique du Nord. La Tunisie, l’Algérie, le Maroc, la Libye et l’Egypte n’y figurent pas. D’ailleurs c’est un seul pays arabe qui a été invité par le président américain.

Les pays du Golfe notamment le Qatar, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis…ont été aussi royalement ignorés.

Pour l’organisation de ce sommet, le département d’Etat américain a fait savoir que depuis le premier jour, l'administration Biden-Harris a clairement indiqué que le renouvellement de la démocratie aux États-Unis et dans le monde est essentiel pour relever les défis sans précédent de notre époque.

Le sommet se concentrera sur les défis et les opportunités auxquels sont confrontées les démocraties et fournira une plate-forme aux dirigeants pour annoncer des engagements, des réformes et des initiatives individuels et collectifs pour défendre la démocratie et les droits de l'homme dans le pays et à l'étranger.

A la faveur de ce sommet, les dirigeants seront encouragés à annoncer des actions et des engagements spécifiques en faveur de réformes internes significatives et d'initiatives internationales qui feront avancer les objectifs du sommet. Ces engagements incluront des initiatives nationales et internationales qui luttent contre l'autoritarisme, combattent la corruption et promeuvent le respect des droits humains.

 

A.K. avec Mensah