Sénégal / Explosion de la pirogue de migrants : Des rescapés retracent le film de l’horreur

Ils ont flirté avec la grande faucheuse mais ce n’était sans doute pas le jour de leur rendez-vous avec la mort. Ce sont les survivants de l’explosion de la pirogue qui avait à son bord environ 200 migrants.

 

Cet homme, M. Dièye en fait partie. Il a raconté sa mésaventure à L’Obs : « Je me trouvais effectivement dans la pirogue qui a pris feu avant d’exploser pour ensuite couler. Lorsque l’incendie s’est déclaré à l’arrière de la pirogue, plusieurs passagers, notamment ceux qui ne savent pas nager, se sont précipités à l’avant. Il y avait des enfants, mais dans la panique, certains ne leur ont pas fait de cadeaux. Il fallait jouer les coudes pour se retrouver à l’avant de la pirogue. Lorsqu’il y a eu l’explosion, c’était la panique générale et ceux qui qui ne savaient pas nager se sont accrochés à tout ce qu’ils pouvaient. Ils y sont restés et ont coulé avec la pirogue. Je ne peux dire combien ils sont nombreux ». Habib Mbaye a également confié à L’Obs comment il a échappé à la grande faucheuse. « Lorsque l’incendie s’est déclaré, plusieurs personnes se sont jetées à l’eau. Certains criaient, demandant de l’aide.

 

D’autres, épuisés, ne sont pas restés en surface. Avec d’autres pêcheurs, nous avons cherché à sauver le maximum de monde. C’est ainsi que j’ai attaché une corde à un bout de la pirogue et j’ai permis à 5 personnes de s’y accrocher. Lorsqu’il y a eu l’explosion, elles ont coulé avec la pirogue et je ne pouvais rien faire. J’étais moi-même épuisé et si je tentais de les secourir, ils risquaient de m’étrangler. Cette scène me restera en mémoire toute ma vie », a narre-t-il. Fallou Samb est tétanisé par ce qu’il a vécu.

Les images d’un mineur avec qui il avait embarqué et qui a fini sous l’eau continuent de hanter son esprit. Il raconte : « Je l’avais sous ma protection dans la pirogue. Après le chavirement, il a paniqué et s’est mis à crier mon nom. Lorsque je l’ai localisé, je lui ai jeté un bidon pour lui permettre de rester à la surface de l’eau. Au bout de 2 heures, il était épuisé et ne tenait plus. Il a lâché prise et a coulé sous mes yeux, sans que je puisse l’aider ».

 

Autre rescapé interrogé par le journal, Badara Dione. Celui-ci a expliqué comment il a sauvé sa peau. « Lorsque j’ai entendu la détonation, j’ai compris que l’heure était grave. Je me suis défait de tous mes habits pour pouvoir nager léger. Lorsque je me suis retrouvé bien loin de la pirogue, j’ai opté pour une autre technique de nage, la planche, en attendant d’apercevoir des secours ».

Avec buzzsenegal