Etats-Unis / La première femme noire africaine à enseigner à Princeton

Adji Bousso Dieng sera la première femme noire à enseigner à l’école d’ingénieurs de Princeton. Cette experte sénégalaise de l’AI aide à mettre en valeur les Africains dans les STEM. 

 

 Pionnières noires… 

 

 Non seulement Adji Bousso Dieng, une chercheuse en IA du Sénégal, a contribué au domaine de la modélisation générative et est sur le point de devenir l’une des premières femmes noires à enseigner l’informatique dans l’Ivy League, mais elle aide également les Africains en STIM à raconter leurs propres histoires de réussite. 

 

 Mme Dieng, qui est actuellement chercheuse chez Google et qui va rejoindre la faculté d’informatique de Princeton, travaille dans un domaine de l’intelligence artificielle appelé modélisation générative. 

 

“Cela vous permet d’apprendre à partir de données sans avoir besoin de supervision”, dit-elle à forbes.com, visité par Senego “Les modèles générateurs ont de nombreuses applications dans le monde réel en ce qui concerne le traitement du langage naturel, la vision par ordinateur, les soins de santé, la robotique et dans un éventail de sciences”.

 

 TAIK, une plateforme des Africians 

 

 En outre, Adji Bousso a lancé The Africa I Know (TAIK), une plateforme qui présente des Africains qui ont eu des carrières fructueuses ; elle souligne la façon dont les Africains utilisent la technologie pour résoudre les problèmes de développement – dans l’agriculture, la santé et l’éducation – et raconte l’histoire africaine telle qu’elle est racontée par les Africains. 

 

Découvrir les réussites de l’Afrique

 

 “J’ai fondé TAIK pour découvrir les réussites de l’Afrique et de ses habitants et pour encourager une conscience économique et sociale en Afrique”, a-t-elle déclaré, ajoutant que les volontaires de TAIK sont un groupe de jeunes Africains enthousiastes venant de toutes les régions du continent et que le contenu est en anglais et en français.

 

 “Les réussites ne sont pas racontées : la majorité des gens ne savent pas grand-chose de l’Afrique et ont une vision négative du continent étant donné la façon dont il est présenté dans les médias”, a-t-elle déclaré, “Cette vision négative de l’Afrique a des répercussions importantes sur l’Afrique et ses habitants”. 

 

Qui est Adji Bousso Dieng 

 

 Adji Bousso est née et a grandi à Kaolack, une région au centre du Sénégal, où sa mère l’a inscrite dans le système scolaire public. Bien que sa mère n’ait pas terminé ses études secondaires, elle a compris la valeur de l’éducation. 

 

 Après avoir remporté un concours organisé pour les filles africaines dans le domaine des STEM par la Fondation Pathfinder pour l’éducation et le développement, Dieng a obtenu une bourse pour étudier à l’étranger. elle a ensuite étudié en France et a obtenu un diplôme d’ingénieur de Telecom ParisTech en France et un master en statistiques de l’université Cornell aux États-Unis.

 

 Une représentation féminine noire… 

 

 Adji Bousso Dieng affirme qu’il est très important d’avoir une représentation féminine noire dans le monde universitaire. 

 

 “Je n’ai jamais eu de professeur noir depuis que j’ai quitté le Sénégal, et encore moins une femme noire”, dit-elle, “j’ai appris à ne pas me laisser démotiver dans ma quête de connaissances, mais c’est beaucoup demander à tout le monde”. 

 

 La Sénégalaise dit qu’elle s’est enthousiasmée parce qu’un jour elle a cherché le nom d’un théorème de statistique appelé le théorème de Rao-Blackwell, alors qu’elle était doctorante en première année à l’université de Columbia.

 

 “J’ai cherché qui étaient les auteurs du théorème et j’étais plus qu’heureuse d’apprendre que Blackwell était noir”, dit-elle, “j’avais enfin trouvé un scientifique noir derrière l’un de ces théorèmes ! 

 

 Ce Blackwell était David Blackwell, le premier Afro-Américain à avoir obtenu un poste à l’Université de Berkeley et le premier à avoir été admis à l’Académie nationale des sciences des États-Unis.  

 

…Dans le monde universitaire

 

 “Il est important d’avoir des modèles qui vous ressemblent et la représentation compte, car elle donne l’espoir et le courage de poursuivre ses efforts”, a ajouté Adji Bousso Dieng. “C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai créé The Africa I Know, pour donner aux jeunes Africains des modèles de carrière qu’ils peuvent admirer”.