Côte d’Ivoire / Corruption, enrichissement illicite, blanchiment, détournement : 473 personnes inculpées

Au total 473 personnes ont été inculpées pour corruption, enrichissement illicite, blanchiment, détournement de deniers et titres publics, fait savoir un rapport du Pôle pénal économique et financier (PPEF) et de la Haute autorité pour la bonne gouvernance (HABG), livré vendredi 16 juillet 2021, lors d’un point presse, à Abidjan.
« Sur 305 dossiers enregistrés, 104 ont été clôturés dont 86 renvoyés en police correctionnelle. Soixante dossiers ont déjà fait l’objet de jugement et 21 sont en cours de jugement. Quatre cent soixante-treize personnes ont été inculpées à divers titres, à savoir pour corruption, enrichissement illicite, blanchiment, détournement de deniers et titres publics, etc. Sur les 60 dossiers jugés par le tribunal de Première instance d’Abidjan-Plateau, l’on note sept condamnations pour corruption et infractions assimilées, 32 condamnations pour blanchiment de capitaux et 21 condamnations pour délits économiques divers », a révélé le secrétaire général de la HABG, Henri Augustin Aka.

Selon M. Aka, le tribunal a ordonné la confiscation, au profit de l’Etat de Côte d’Ivoire, des biens meubles et immeubles ayant servi à commettre ces infractions ou étant les produits tirés de ces infractions.

Outre les résultats portant sur les dossiers déjà transmis au PPEF, Henri Augustin Aka a signifié que pour la période allant du 1er janvier au 30 juin 2021, la HABG a enregistré 35 dossiers de plaintes et de dénonciations.

« A la suite des investigations menées par la HABG, sept enquêtes pour soupçons de corruption et d’infractions assimilées ont été bouclées et les procès-verbaux ont été transmis au procureur de la République compétent pour les suites judiciaires. Un dossier a déjà fait l’objet de jugement avec une condamnation, les six autres étant encore au stade d’instruction », a-t-il précisé.
Il a souligné que la collaboration entre le Pôle pénal économique et financier et les différents acteurs de l’écosystème de la lutte contre la corruption et les infractions assimilées fonctionne de « façon parfaite ».

Le Pôle pénal économique et financier a été mis en place en 2020 au titre du renforcement du dispositif juridique et institutionnel et est à l’intérieur du parquet d’Abidjan. Il est chargé des enquêtes, poursuites et instructions relatives aux infractions économiques et financières. Ce pôle travaille en relation avec une chambre spécialisée de jugement qui a vu le jour en mai 2021.

Avec Aip