6 conseils pour vous reconstruire après une rupture

Tourner la page après une rupture amoureuse n’est pas souvent aisé. En effet, perdre celle ou celui qu’on aimait est un processus difficile à accepter pour une majorité d’entre nous. Les premiers jours, “se reconstruire” semble impensable face au tourbillon de sentiments qui prend le dessus sur la raison. Pour autant, faire le deuil d’une histoire d’amour n’est pas impossible. C’est même une étape cruciale pour pouvoir aller de l’avant. A cet effet, voici 6 conseils à suivre pour vous libérer du chagrin d’une rupture.

Si le deuil est souvent évoqué lorsqu’on mentionne la fin d’une relation amoureuse, c’est parce que ces deux processus sont similaires sur de nombreux points. En effet, la perte de l’autre peut engendrer des émotions difficiles à contrôler, en particulier lorsque le départ de l’être aimé est inattendu ou que la rupture fait suite à un acte d’infidélité.

Malgré tout, la fin d’une histoire d’amour n’est pas une condamnation à vivre dans le chagrin perpétuel. En sachant suivre les bonnes étapes, il est tout à fait possible de retrouver son bien-être et sa sérénité. En voici 6 qui vous aideront à tourner la page.

1. Accepter son chagrin et ses émotions

Mettre un terme à une relation amoureuse ou subir une rupture non voulue est une étape inéluctable au cours de notre existence. Lorsque cela se produit, il est tout à fait normal et compréhensible d’être confronté à une grande tristesse. Mais pour espérer s’en sortir et aller mieux, il est d’abord primordial d’accepter son chagrin. En effet, le refus de la douleur et le déni ne font que retarder la cicatrisation de cette plaie amoureuse. Assumer ses émotions et les subir en pleine conscience est donc nécessaire pour avancer.

2. Comprendre ce qui a causé la rupture

Avant de passer aux étapes suivantes, il est essentiel de se pencher sur les causes de la rupture. En effet, l’incompréhension d’un départ peut nous pousser à ressasser les détails de ce qui a pu se passer, créant un cercle vicieux où l’on devient victime de cette quête impossible de réponses.

C’est pour cela que si le contact est maintenu avec le partenaire, il peut être utile de discuter pour mieux comprendre la situation. Si ce n’est pas le cas, il faut effectuer un travail sur soi-même, prendre du recul et réévaluer la relation pour percevoir ce que l’on n’avait pas peut-être pas compris jusqu’alors.

Cela peut être un émoussement progressif de la relation, un ou plusieurs actes précis qui ont conduit à la rupture ou simplement des motivations personnelles du partenaire que nous sommes incapables de contrôler.

3. Se défaire de l’autre

C’est l’étape du sevrage, de la désintoxication. Pour couper le cordon, s’éloigner de l’autre est indispensable. Réseaux sociaux, communication, sms, appels, tout cela ne fait que prolonger la tristesse liée à la rupture et entrave le processus de guérison.

Il est vrai qu’il faut parfois se faire violence pour mettre un terme à ce lien mais cela reste aussi le meilleur moyen de réaliser que la relation est terminée. Si l’envie de reprendre contact est trop forte, noter ses pensées sur un carnet peut s’avérer salutaire.

Cela permettra de se libérer du flot d’émotions qui vous envahit tout en évitant la “rechute” tant redoutée.

4. Ne pas laisser la douleur s’installer

Si la nostalgie est inévitable, le réalisme l’est tout autant. Lorsqu’on est loin de l’être cher, il peut nous arriver d’idéaliser cette personne, de gommer ses défauts à mesure que le temps passe, au point d’oublier ce qui a mené à la rupture. Le manque de l’autre devient tellement insupportable que l’on s’attache presque à la peine liée à son départ.

C’est pour cela que la prise de conscience est essentielle et que la tristesse ne doit surtout pas être glorifiée et acceptée comme un sentiment indéfectible.

De ce fait, il est important d’aspirer à mieux, de vivre pour soi et de transformer les sentiments en souvenirs en laissant de côté, pour un certain temps, les musiques que l’on écoutait ensemble, les endroits marquants de la rencontre, la relecture des messages ou encore les photos qui traînent à la maison ou sur le téléphone.

5. Prendre soin de soi

C’est la condition sine qua none pour se reconstruire. Il ne faut pas avoir peur de la solitude ou essayer à tout prix de trouver un(e) remplaçant(e). Le plus important lorsque vous atteignez cette étape est de faire de votre bien-être une priorité. Ce n’est que lorsque vous serez en accord avec vous-même que vous serez capable de vous ouvrir aux autres.

6. Réaliser que toute chose a une fin

Cette étape est intrinsèquement liée au temps puisqu’à terme, c’est un facteur clé pour guérir vos blessures. N’ayez pas honte d’accepter votre chagrin pendant qu’il persiste car il n’y a aucun délai prédéfini. Un mois ou un an, chaque personne avance à son propre rythme pour surmonter ce deuil relationnel.

Si vous sentez que cette étape s’avère plus difficile ou que votre rupture comprend des conflits profonds que vous ne parvenez pas à résoudre, l’accompagnement thérapeutique pourra être envisagé pour vous aider à aller de l’avant.

Santeplusmag