abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Côte d’Ivoire / Les déplacements de ministres hors du pays désormais surveillés

Conseil des ministres.jpg

Les déplacements des membres du gouvernement, des fonctionnaires et agents des services publics seront désormais surveillés à la loupe. Ainsi en a décidé le gouvernement à travers un décret adopté, hier en conseil des ministres. Le porte-parole du gouvernement, Sidi Tiémoko Touré, par ailleurs ministre de la Communication et des médias a souligné à cet effet que le présent décret fixe les modalités de missions hors Côte d’Ivoire des membres du gouvernement, des fonctionnaires et agents en service dans les administrations publiques. Il fixe également de nouveaux principes qui reposeraient sur des mesures de bonne gouvernance et des procédures de précaution en vue d’assurer une meilleure gestion des ressources affectées aux missions et aux conférences. Pour cela, avance-t-il, le décret ‘’organise à cet effet un système informatique intégré des déplacements qui combine, flexibilité et contrôle rigoureux de façon à assurer les conditions optimales de réalisation et de suivi des missions hors Côte d’Ivoire’’. Evoquant les raisons de cette mesure, Sidi Touré a souligné que le gouvernement engage d’énormes ressources pour le financement des missions des membres du gouvernement, des fonctionnaires et agents de l’Etat et des agents des services publics. A l’en croire, la Côte d’Ivoire avait un cadre qui structurait ce genre d’initiative. « C’est un projet de décret qui date de 1987 et modifié en 1994 pour fixer les régimes des différents déplacements des ministres. Il s’avère aujourd’hui que ce dispositif présente quelques insuffisances », a-t-il fait savoir. Pour répondre donc à la problématique de la bonne gouvernance de ces différents déplacements, il a été envisagé la formulation de nouvelles règles qui prendraient en compte la gestion interministérielle du dossier à travers la négociation périodique des tarifs de référence pour les titres de transport, la précision d’une procédure d’acquisition des billets d’avion pour les missions hors Côte d’Ivoire, l’établissement d’une compétition centralisée entre les agences de voyage pour n’en retenir que la plus performante en termes de qualité, sans toutefois oublier d’assurer une certaine flexibilité. « Tout cela pour pouvoir faire de larges économies mais aussi pour faire voyager mieux et bien les fonctionnaires et les personnes qui travaillent pour le compte de la Côte d’Ivoire », a-t-il indiqué.

L.F.


Les derniers articles