abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Côte d’Ivoire / Réforme de la Cei / Doumbia Major dénonce : « On veut s’appuyer sur le prétexte de la Cei pour conduire le pays à l’embrasement »

Major.jpg

Le président du Congrès panafricain pour le renouveau (Cpr) est monté au créneau, hier face à des questions épineuses de l’actualité politique. Au Baron de Yopougon, Doumbia Major a clarifié sa position sur les griefs de l’opposition contre la mouture actuelle de la Commission électorale ivoirienne (Cei). « La Cei n’était pas équilibrée. Le gouvernement a cinq membres au sein de cette Cei comparativement aux autres partis politiques. La mouvance présidentielle avait plus de représentants que les autres partis. La Cour africaine des droits de l‘Homme nous a demandés de l’équilibrer. Le gouvernement a fait appel à tous les partis politiques pour la composition », rappelle-t-il. Le conférencier s’est indigné de la posture des leaders de l’opposition, notamment de Bamba Moriféré et du Pdci. Pour lui, « la reforme réclamée par les plaignants n’est qu’un préalable bidon ». Le président du Cpr précise dans la foulée que sur onze groupements politiques, seuls sept ont pris part aux discussions exhortées par la Cour africaine des droits de l’Homme. « La société civile voulait être majoritaire, nous avons souhaité qu’elle soit observatrice. On n’était pas d’accord mais nous avons accepté la synthèse. La mouture actuelle peut être améliorée, amendée et soumise à vote », dit-il non sans fustiger le nombre de représentants à 5 du gouvernement et de la pratique des opposants. « On ne brûle pas un pays pour ça. C’est à nous d’aller vers les parlementaires pour les convaincre pour un amendement. Mais on n’appelle pas à la révolution. Le Pdci et le Fpi ont choisi la politique de la chaise vide. On veut s’appuyer sur le prétexte de la Cei pour conduire le pays à l’embrasement. Nous sommes pour l’alternance pacifique. Le schéma qu’a choisi Bamba Moriféré n’est pas le bon », dénonce-t-il en indiquant en outre que « c’est une mauvaise stratégie de jouer sur la haine, le tribalisme ». S’agissant de la gratuité de la Cni, Doumbia major n’y est pas allé du dos de la cuillère pour mette à nu la plainte de l’opposition. « En 2014 on parlait de la gratuite de la Cni. Guillaume Soro,  Yamisme Ouegnin ont voté pour le timbre de 5000 fcfa. Ils sont devenus les défenseurs de la gratuité. Ce qu’ils ont voté est devenu mauvais », accuse-t-il, avant de souhaiter que les opposants jouent la carte de la collectivité et renoncent à des privilèges donnés par l’Etat. « Si Bédié aime les Ivoiriens, qu’il accepte de renoncer à sa rente viagère de plusieurs millions en tant qu’ancien président. Il utilise  l’argent alors qu’il ne travaille pas », explique le conférencier.

A. D. N.


Les derniers articles