abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Côte d’Ivoire / Les secrets d’une retraite sans angoisse selon Bernard Aka Koffi, directeur général de la Fonction publique

Dg Fonction pub.jpg Bernard Aka Koffi, Dg de la Fonction publique, (au centre) invite les fonctionnaires et agents de l’Etat à préparer leur retraite.

Les fonctionnaires et agents de l’Etat ne devraient plus connaître d’angoisse au moment où sonnera la cessation de toute activité. Les procédures et démarches pour un bon départ à la retraite, ont été expliquées, ce jeudi par le directeur général de la Fonction publique, Bernard Aka Koffi.

 

Nombreux sont les fonctionnaires et agents de l’Etat qui redoutent l’âge de la retraite. Et pourtant il existe un moyen de percevoir sa pension dans les meilleurs délais après la cessation d’activité, dans la dignité, avec un niveau de revenu se rapprochant du salaire d’activité.  C’est ce qu’a démontré le directeur général de la Fonction publique à travers sa communication sur le thème : « la pension : procédures et démarches pour un bon départ à la retraite » à l’occasion du lancement des petits déjeuners de presse de son ministère. « Comme tout phénomène qui s’étale dans le temps, la retraite doit être planifiée pour être une réussite, un épanouissement. La retraite s’anticipe, se construit, se prépare. La planification permet au retraité de faire face au changement et à l’angoisse qui accompagne le départ à la retraite. Elle permet au retraité d’réorganiser sa vie dans un environnement nouveau avec des ressources nouvelles. La préparation commence dès le premier mois de la vie active. La retraite se prépare d-s votre entrée dans le service », a enseigné Bernard Aka Koffi. Ainsi la liquidation de la pension s’opère après constitution et dépôt des dossiers de demande de droit à pension à la direction des ressources humaines dans un délai de 5 ans suivant l’année de la retraite. Au-delà de ce délai, la nouvelle réforme de 2012 permet au fonctionnaire de déposer ses dossiers mais n’aura droit seulement qu’à deux ans de rappel contrairement à l’ancienne loi qui déclarait l’agent forclos sauf à adresser un courrier spécial au président de la République. « Pour ne pas perdre une partie des arriérages, le fonctionnaire doit faire ses dossiers dans le délai de 5 ans », conseille-t-il. Aux dires du Dg de la Fonction publique, toutes les pièces sont automatisées. L’agent n’a qu’à fournir les papiers relatifs à l’identification de la famille. Toujours selon Bernard Aka, l’une des hantises du fonctionnaire, notamment le délai plus ou moins long de la perception de la première pension après la cessation de son activité, a été réduit à 3 ou 4 mois maximum. Au plan financier, le fonctionnaire ou agent de l’Etat perçoit entre 30 et 70% du montant qu’il percevait lorsqu’il était en activité. Le nombre d’année de service étant multiplié par deux. C’est le taux de remplacement. Ce qui fait dire à Bernard Aka que « le fonctionnaire qui va  à la retraite, sait le taux de sa pension ». Mais l’Etat travaille à mettre en place une retraite complémentaire qui permettra au fonctionnaire de bénéficier du montant qu’il souhaite avoir selon ses cotisations. « L’Etat vient au secours du fonctionnaire », assure le Dg de la Fonction publique. C’est pourquoi, les revenus de pension inférieurs à 300000 fCFA ne sont pas assujettis aux impôts sur le revenu. De même que les retraités ayant atteint l’âge de 70 ans. Chaque année, ce sont entre 3000 et 5000 fonctionnaires et agents de l’Etat qui vont à la retraite. La pension payée aux retraités est constituée par les cotisations des actifs. Les petits déjeuners de presse de la Fonction publique seront mensuels et visent à informer sur les missions et les activités du ministère.

A.K.


Les derniers articles