abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Des supporteurs et des journalistes ivoiriens priés de faire leurs bagages avant Côte d’Ivoire-Namibie

Supporters avec leurs affaires.jpg Des supporters ivoiriens avec leurs bagages à l'aéroport du Caire.

L’affaire fait déjà grand bruit dans les milieux des amoureux du football. En effet, selon des informations en provenance de l’Egypte où se déroule la 32è édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019, des supporteurs des Éléphants de Côte d’Ivoire convoyés au Caire par le gouvernement ivoirien, via le Comité national de soutien aux Eléphants (CNSE), ont été invités à se rendre au stade pour le dernier match de la Côte d’Ivoire contre la Namibie, ce lundi 1er juillet 2019, avec leurs bagages et à libérer ainsi leurs chambres d’hôtel en vue de rallier l’aéroport après le match pour le retour au pays en cas de défaite ivoirienne.

Ce qui pourrait être synonyme de fin de compétition pour la Côte d’Ivoire.

 

Une telle information a indigné les supporters eux-mêmes qui ont commencé à s’exécuter mais aussi ceux de la communauté ivoirienne passionnée du football et restée au pays.

 

Interrogé par le confrère Fernand Dedeh, le ministre des Sports a donné les raisons d’une telle situation inédite depuis que la Côte d’Ivoire participe à ce rendez-vous continental. Selon Paulin Claude Danho, il était inscrit sur les billets de ces supporters ainsi que certains journalistes avant leur départ d’Abidjan qu’ils devraient rentrés au pays le 2 juillet par un vol au départ du Caire à une heure du matin.

 

Le match se jouant en soirée, ils ne pouvaient pas aller au stade sans prendre le risque de rater le vol prévu pour une heure. Quand on sait que les hôtels sont situés souvent à près de 50 km du stade.  

 

C’est donc par mesure de précaution, qu’il a été demandé aux supporters de se rendre au stade avec leurs bagages. Ainsi, une fois la rencontre terminée, ils pourront directement se rendre à l’aéroport pour embarquer pour Abidjan.

 

A.K.


Les derniers articles