abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Côte d’Ivoire / « Ne soyez pas pressés, le temps du duel arrive », lance Amadou Gon à ses adversaires politiques

Amadou G..JPG

Le Premier a demandé, samedi  15 mars dernier, à Boundiali aux adversaires politiques du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), d’être patients, car « s’ils veulent le duel, ils l’auront à volonté ». Cet appel a été lancé lors de l’investiture du maire de la commune, la ministre Mariétou Koné.

Amadou Gon a appelé les acteurs politiques de l'opposition à  plus de responsabilité dans leurs propos, car pour lui l'heure n'est pas aux discours mais aux actions concrètes. « Aux acteurs politiques de l'opposition y compris à ceux qui ont décidé de passer de la majorité à l'opposition, des plus jeunes aux plus âgés, je les invite à plus de responsabilités dans leurs propos. Pour ceux qui sont si pressés de voir des duels politiques, je leur demande d'être simplement patients. Il y a un temps pour tout », a-t-il prévenu.

Selon lui, quand le président de la République se lève chaque matin, sa préoccupation est de faire en sorte que les Ivoiriens vivent mieux.

« Quand il se lève le matin, il commence à appeler ses collaborateurs avant d'aller au bureau. Quand il entre le soir du bureau, il est au téléphone avec ses collaborateurs, ses populations et avec l'extérieur du pays. Il se préoccupe de savoir comment faire en sorte que les conditions de vie des Ivoiriens s'améliorent davantage chaque jour. Il se préoccupe toujours de savoir si la sécurité est garantie pour les populations ivoiriennes, si les questions de santé ont trouvées des solutions, si les prix fixés pour le café, le cacao et l'anacarde sont respectés. Et nous interpellons les ministres concernés pour savoir le pourquoi et voir comment faire. C'est ça notre préoccupation  et c'est ce que nous faisons tous les jours », a-t-il expliqué.

Poursuivant, Amadou Gon Coulibaly a exhorté  les adversaires  du Rhdp qui attendent les duels à patienter. Car prévient-il, « le temps des duels qu'ils veulent va arriver ». Le Premier ministre a soutenu que s'ils veulent le duel, ils l'auront. Et a promis qu'ils seront battus et écrasés politiquement par la machine du Rhdp et de manière démocratique à condition que Dieu les inspire afin qu'ils viennent prendre leurs places au sein des Houphouëtistes. De son point de vue, la machine du Rhdp, son bilan et ce qu'il réalisera en 2019 et 2020, ne leur laisseront aucune chance. Et tout cela, à l'en croire, se fera avec la nouvelle Commission électorale indépendante (Cei) réformée uniquement sur la base des décisions qui ont été arrêtées par la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples.

« Avec cette Cei réformée, équilibrée, s'ils veulent le duel, ils auront et il ils seront battus à plate couture », a-t-il promis. En outre, Amadou Gon Coulibaly a souligné que c'est ce qui a fait dire à son jeune frère Hamed Bakayoko que "2020 est calé, bouclé et géré". Et cela, pas parce qu'ils veulent opérer un passage en force, mais parce qu'ils ont un bilan, des hommes et des femmes de qualité, un leadership exceptionnel avec Alassane Ouattara.

« C'est pour cela que nous disons que 2020, qu'ils veuillent ou non, grâce à cette force, à ce bilan dont je viens de vous parler et qui ne fera que s'approfondir pour les deux prochaines années, 2020, c'est calé, 2020 c'est bouclé », a-t-il insisté.

Il a donc demandé aux populations de rester  "zen". « Ils parlent, ils parlent, la seule raison de leurs paroles, c'est pour pouvoir se donner le sentiment d'exister politiquement », a-t-il fulminé. Au passage, le Premier ministre a lancé un appel aux enseignants du secondaire pour une reprise effective des cours aujourd'hui, lundi 18 mars 2019.

« Je vais leur lancer cet appel, notamment ceux du lycée classique de Cocody et du lycée Sainte Marie, lycées d'excellence et emblématiques de notre pays pour une reprise définitive des cours pour ce lundi 18 mars 2019. Le nouveau cadre de discussion que nous avons mis en place ensemble, nous permettra de continuer d'échanger. Mais ceci dans  l'esprit de la trêve sociale que nous avons tous signé », a-t-il exhorté.

L.F.


Les derniers articles