abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Côte d’Ivoire / Financement de la rébellion du 19 septembre 2002 : Un ex-combattant proche d’IB fait de graves révélations sur Soro

Kader Sanogo.jpg

‘‘La vraie histoire de la rébellion, histoire déjouée par Soro’’. C’est le titre du livre que vient d’écrire un ex-combattant de la rébellion née le 19 septembre 2002, à l’issue d’un coup d’Etat manqué contre l’ancien président Laurent Gbagbo. Il s’agit de Kader Sanogo, un lieutenant proche « du major IB », contraint à l’exil, les premières heures de la rébellion ivoirienne suite à des divergences de vue apparues entre l’ex-chef de la rébellion Guillaume Soro, alors Secrétaire général des Forces nouvelles et lui. L’homme fait de graves révélations dans son ouvrage. C’est en tout cas ce qui ressort de la conférence de presse qu’il a animée le  9 mars dernier.

« Soro n’est pas le seul qui connait la guerre. C’est nous qui avons fait cette guerre sur le terrain. Soro en a fait de la récupération. Si on doit aller à la réconciliation, il faut que ce soit dans la vérité. Cette guerre menée pour renverser Gbagbo a été inspirée par des gens (…) C’est Soro qui est venu dire à Alassane Ouattara que IB (Ndlr : Ibrahim Coulibaly, premier leader de la branche militaire de la rébellion) ne veut plus continuer le combat pour que l’on aboutisse à des élections transparentes en Côte d’Ivoire et qu’il veut plutôt être président de la République.

Il a donc manœuvré pour devenir le chef de la rébellion en lieu et place d’IB. Et c’est comme ça qu’il s’est retrouvé à la tête de la rébellion », relate-il. Et de poursuivre.

« Depuis qu’il a pris la tête de la rébellion, il a évolué de trahison en trahison pour arriver là où il est aujourd’hui. Et j’avais été le premier à dire que Soro allait trahir Alassane Ouattara. Suivez bien son parcours. Il s’est allié à Gbagbo pendant que Bédié était président. Le même Soro est venu s’allier en amitié avec IB pour faire le coup d’Etat contre Bédié en 1999. Et le même Soro est venu après le coup d’Etat s’allier au Rdr pour être candidat à la mairie sur une liste conduite par Henriette Dagri Diabaté. Il a échoué. Et le même Soro est venu s’allier avec Alassane Ouattara pour combattre IB pendant la crise post-électorale. Et ce même monsieur quitte aujourd’hui Ouattara pour aller faire une alliance avec Henri Konan Bédié. Qui est-il en fin de compte ? Au fait, il a trahi Gbagbo, Il a trahi Alassane Ouattara ... Trop c’est trop ».

L’ex-rebelle à travers ces révélations entend ainsi, selon ses propres termes, « dénoncer l’imposture de Soro » qu’il présente comme un homme en qui on ne doit pas faire confiance.

« Moi j’ai décidé très tôt de ne pas lui faire confiance. C’est pourquoi je me suis exilé pendant la rébellion pour écrire ce livre et dire au monde entier que Soro n’est pas un exemple à présenter aux populations, comme certains le font malheureusement », a-t-il déclaré, non sans s’indigner contre les menaces de troubles que profèrent certains politiciens à travers leurs discours violents et pleins de haines.

« La guerre n’arrange personne. Il y a des gens qui ne peuvent même pas manipuler un pistolet et ce sont eux qui disent qu’ils vont mélanger le pays (…) La réconciliation peut aboutir mais progressivement. Je pense qu’il faut qu’on crée un tribunal pénal spécial ivoirien pour situer les responsabilités et aller à une véritable réconciliation ». Tel est son plaidoyer.

A. A.


Les derniers articles