abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Cinéma / Kadhy Touré : une actrice prédestinée à une brillante carrière dans le sillage d’Henry Duparc, Gnoan M’Balla… (portrait d’une star)

Kadhy-Touré-Fespaco.jpg

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années », dit l’adage.  La carrière de Kadhy Touré, jeune actrice, réalisatrice et productrice d’origine ivoirienne illustre bien cette maxime. Cette étoile montante du cinéma ivoirien, qui très jeune s’est lancé sur la scène dans une carrière cinématographique, alors que sur le continent africain cet art ne figure vraiment pas sur la liste des priorités des dirigeants, savait pertinemment ce qu’elle recherchait.

Pour elle « si l’industrie cinématographique brasse autant de milliards sous d’autres cieux (Inde, Etats Unis...), il n’y a pas de raison qu’en Côte d’Ivoire le cinéma soit relégué au second plan dans la chaîne de l’économie ». Ainsi, après avoir campé quelques rôles dès l’année 2008 dans des films comme “Le fruit non mûr”, “Signature”, “Aujourd’hui demain à jamais’’,  “Extrême obsession “, “Brouteur.com” -une série télé qui la révèle véritablement au grand public-, elle ne se contente pas comme ces confrères et consœurs qui faisant leurs premiers pas sous les feux des projecteurs des caméras, font le tour des castings pour obtenir des rôles. Kadhy Touré, de son vrai nom Touré Kadidjata, avec un diplôme en journalisme et communication doublé d’une formation en interprète des langues,  met à profit ses atouts et se lance dans la production et la réalisation. C’est ainsi qu’en 2016, elle passe la vitesse supérieure en créant sa structure de production audiovisuelle : Brown Angel Entertainment. Elle écrit et produit son premier long métrage  ‘‘L’Interprète’’ dans lequel elle incarne le personnage principal. Le film est un succès national et international. Propulsé à la première place du box-office ivoirien, il remporte le prix du meilleur montage au Fespaco 2017 et est nominé à de nombreux festivals. Toujours avec une longueur d’avance et de grandes ambitions malgré son jeune âge (31 ans), Kadhy ne perd pas le temps pendant que son premier film continue de faire le tour des salles. En août 2018, son deuxième long métrage intitulé “L’Interprète II” sort en salle au cinéma Majestic et enregistre le plus grand nombre d’entrées parmi les films africains projetés. Il reste à l’affiche pendant un mois et  totalise 8 350 entrées. « C’est un record ! Jamais, un film africain, de surcroit ivoirien, n’avait autant attiré de spectateurs, depuis des années.  Cette année, un seul film a fait mieux que ‘’L’interprète II’’ en Côte d’Ivoire. Il s’agit de ‘‘Black Panther’’  de Ryan Coogler, avec un peu plus de 20 000 entrées », commente un observateur de l’actualité cinématographique.

Aujourd’hui, Kadhy Touré à l’image d’une star prédestinée à une brillante carrière, fait son petit bonhomme de chemin, en marchant dans le sillage des précurseurs du cinéma ivoirien. Notamment, Henry Duparc, Gnoan M’Balla, Fadiga Kramo et bien d’autres grands noms. Qui ont écrit les premières pages du cinéma ivoirien. La réalisatrice de ‘‘L’Interprète’’ n’a peut-être pas encore l’expérience  de ses devanciers, mais elle a de grandes ambitions pour sa carrière. Elle veut elle aussi, à l’instar des jeunes cinéastes de Nollywood, inscrire son nom aux panthéons du cinéma africain. Et pour y arriver, elle met à profit sa vision managériale de l’industrie cinématographique, sa petite expérience et les moyens qu’elle est déterminée comme toute battante à aller chercher pour réaliser ses productions.

 Abou Adams


Les derniers articles