abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Côte d’Ivoire / Guillaume Soro à ses détracteurs : « Je ne suis pas homme à m’accrocher comme un saprophyte à un poste ».

Soro démission.jpg

Poussé par le pouvoir d’Abidjan à « libérer le tabouret », Guillaume Soro a tenu à donner une cinglante leçon à ses détracteurs qui pensent que le pouvoir est une affaire « de postes juteux à partager ».

« Je ne suis pas homme à m’accrocher comme un saprophyte à un poste. On ne peut risquer la paix parce que l’on veut conserver un poste », a rappelé le désormais ex-président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire.

 

Guillaume Soro démontre que quitter son poste ne le déstabilise point comme certains pourraient le penser, en le poussant à libérer le tabouret.

« Je demeure serein tout en quittant ce poste aisé de président de l’assemblée nationale pour l’aventure de mes convictions ».

L’homme montre aux yeux de ses détracteurs qu’il se sent d’ailleurs mieux parmi son peuple plutôt que de rester perché et obnubilé par le pouvoir.

« Je préfère descendre de mon piédestal, vivre et partager le quotidien de mes semblables, citoyens ordinaires que de me complaire dans l’aisance de la posture institutionnelle ».

« Je veux que mes proches retiennent de moi, le souvenir d’un homme de conviction face aux lendemains incertains. J’ai décidé de démissionner de démissionner de mon poste de président de l’Assemblée nationale. J’ai décidé de sacrifier mon poste pour la paix en Côte d’Ivoire comme j’ai eu à le faire par le passé. Ce combat à mes yeux, (réconciliation) vaut plus que le poste de président de l’assemblée nationale », cinglante leçon que celle que Guillaume Soro donne à ceux qui courent après les postes par leur militantisme.

A.K.


Les derniers articles