abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Côte d’Ivoire / Assemblée nationale : Guillaume Soro a déposé leur tabouret

Guillaume Soro.jpg

Ce n’est vraiment pas une surprise. Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne était sur la sellette depuis quelques semaines. Et le président de la République l’avait lui-même annoncé devant la presse nationale et internationale à l’occasion de sa présentation de vœux de nouvel an, le 31 janvier dernier.

« Soro démissionnera en février, on s’est entendus, c’est réglé », avait déclaré M. Ouattara.

Finalement Guillaume Soro a rendu le tablier. Il a annoncé, ce vendredi au cours d’une session extraordinaire de l’Assemblée nationale à Abidjan, sa démission de son poste de président en présence de 245 députés sur 252.

« Je rends ma démission de mes fonctions de président », a annoncé M. Soro, ajoutant ne pas être « homme s’accrocher comme un saprophyte à un poste ».

Guillaume Soro a été élu en 2016 président de l’Assemblée sous la bannière du Rassemblement des républicains (RDR, mouvance présidentiel), après avoir occupé le poste de Premier ministre en 2011.

« J’étais face à un dilemme, soit trahir mes convictions en allant au congrès du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), soit rendre ma démission de mes fonctions », a-t-il expliqué.

 

En effet, alors qu’il avait émis de sérieuses réserves quant au RHDP parti unifié, le député de Ferkessédougou avait été sommé de clarifier sa position vis-à-vis de ce nouveau parti dont le premier congrès ordinaire s’est tenu le 26 janvier à Abidjan. Guillaume Soro a préféré ne pas y prendre part.

« J’ai décidé de sacrifier mon poste pour la paix de la Côte d’Ivoire », a indiqué le chef de l’ex-rébellion ivoirienne.

 

Cette démission ‘’forcée’’ du président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, une première dans l’histoire du pays, fera date dans la marche de ce pays vers son idéal.

A.K.


Les derniers articles