abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Côte d’Ivoire / Des hommes de Dieu dénoncent la corruption dans leur milieu

plateforme.jpg

L’Imam de la grande mosquée de Koumassi a interpellé, ce mercredi les hommes de Dieu sur leur rôle et leur contribution à la recherche de la paix et à la cohésion sociale en Côte d’Ivoire.

 

Au cours du panel qu’il a co-animé avec le frère Clément Akobé au siège de la communauté Mère du Divin Amour de la Rivera Palmeraie dans le cadre d’un petit déjeuner de presse de la Plateforme des leaders croyants pour la paix, la réconciliation, la cohésion sociale et le développement (Plcrd), l’Imam Diarrassouba a mis ses collègues devant leur responsabilité.

 

Ainsi abordant le sous thème  «  bâtir une nation forte, la contribution de la foi en Dieu », il a invité les hommes de Dieu à former leurs fidèles autour de trois valeurs fondamentales à savoir la réconciliation, la fraternité humaine et la tolérance à la différence.

 

Selon l’homme de Dieu, ses trois valeurs ont été véhiculées par le Prophète Mohamed quand il a émigré à Médine où il a scellé le « vivre ensemble » entre Juifs, Musulmans et païens.

 

« Le guide religieux doit inspirer confiance. Il doit faire preuve d’impartialité. Les hommes s’affichent trop pour quelques intérêts immédiats. Quand le discours religieux est transformé par en discours partisan, nous sommes discrédités. Il faut que les religieux se départissent des choses matérielles pour s’attacher aux choses spirituelles. Aujourd’hui il faut pouvoir dire aux hommes politiques que la nation ne leur appartient pas, elle appartient plutôt au Seigneur », a martelé l’Imam Diarrassouba.

 

« Avant ce sont les hommes politiques qui cherchaient les religieux, maintenant, ce sont les religieux qui cherchent les hommes politiques pour l’argent. Les fondements de la société sont ébranlés », a dénoncé le frère Clément Akobé, de la communauté Mère du Divin amour.

 

Pour lui, c’est tout la société qui est en cause car Dieu a édité des valeurs qui sont à la base de la paix. « Il faut protéger ces valeurs pour qu’une nation soit forte. Nous avons tous le même père qui nous communique son savoir-faire, sa paix. Le retour à Dieu nous permettra de retrouver la paix étant donné que la crainte de Dieu est le commencement de la sagesse », soutient-il.

 

La Plcrd est, pour sa présidente Madeleine Yao, un groupe d’impulsion qui a pour vocation d’encadrer la paix, de pacifier l’environnement. « Nous voulons aider à avoir des élections pacifiques, être un instrument de veille. Nous devons tous collaborer à la paix car la paix crée la concorde, la réconciliation entre les communautés », a déclaré Madeleine Yao. Pour la présidente de la Plcrd, l’action est basée sur la foi en Dieu. 

 

« Agir ensemble maintenant pour l’unité, la paix, la cohésion sociale et le développement » était le thème central de la rencontre entre les leaders religieux, les membres de la Plateforme des leaders croyants et les hommes des médias. Après le premier panel, l’Imam Dosso d’Adjamé et le pasteur Niaba de l’Eglise évangélique des œuvres et missions ont débattu, en deuxième lieu du deuxième sous thème, « comment et pourquoi agir maintenant ensemble pour la paix et la cohésion sociale ». Le lancement de la Plcrd est prévu pour le 9 mars prochain au Palais des sports de Treichville.    

F.B.


Les derniers articles