abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Côte d’Ivoire / Le gouvernement dénonce la prise en otage du système éducatif ivoirien par les enseignants

élèves.jpg

Le gouvernement ivoirien a condamné, ce mercredi la grève dans l’enseignement supérieur et secondaire au cours de son conseil des ministres hebdomadaire.

 

Le porte-parole du gouvernement a fait savoir que la grève déclenchée dans l’enseignement supérieur est due à un comportement indigne d’un professeur qui a amené à cette situation suite à une sanction du conseil de discipline de l’université.

 

« Il ne faut pas prendre le système éducatif en otage parce qu’il y a une sanction disciplinaire. Il faut qualifier cela comme de la dérive syndicaliste. Ce qui n’est pas accepté », a-t-il dénoncé.

 

Sidi Tiémoko Touré a rassuré que bien que cette grève n’implique en rien le gouvernement, la porte de la négociation reste ouverte avec les différents syndicats pour que la raison puisse prévaloir dans tout ce qui se passe afin de ne pas perturber l’enseignement en Côte d’Ivoire.

 

Concernant la grève dans le secondaire, il fait remarquer que le droit de grève demeure garanti en Côte d’Ivoire. Cependant, le triste tableau qu’il donne à voir, est l’observation de quelques excès dans l’application de ces différentes grèves.

 

 Le ministre de la Communication et des Médias a indiqué que le gouvernement a convenu avec toutes les parties prenantes du secteur des syndicats, une sorte de mémorandum qui devait préserver l’activité sociale et économique pour une certaine période de grèves. Il a estimé que cela ne voudrait nullement dire que les différents syndicats n’avaient pas l’aptitude à faire la grève, mais  que cela devrait se faire dans un cadre d’expression et d’échange avec le gouvernement, qui a été mis en place pour une période de cinq années. 

 

Le gouvernement, à l’en croire,  avait pour initiative le payement des stocks des arriérés. 

 

« Depuis le mois de janvier 2018, ce sont plus de 249 milliards de Fcfa qui ont commencé à être payés aux différents syndicats. Vous vous souviendrez qu’il y a eu la bonification indiciaire, qui est passée de 100 à 150 points selon les requêtes des différents syndicalistes et il y a eu aussi la majoration pour les familles nombreuses. Ceci faisait partie des revendications des syndicats », a-t-il rappelé.


Les derniers articles