abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Côte d’Ivoire / Les députés exigent l’arrêt des poursuites contre Jacques Ehouo

Oula Privat.jpg

Les députés ivoiriens sont sortis de leur silence. Et dans l’affaire Jacques Ehouo poursuivi pour détournement, ils ont apporté un soutien de poids à leur collègue. Exigeant du procureur qu’il « arrête les poursuites judiciaires contre le député du Plateau, le temps qu’ils soient légitimement bien informé.

Le bureau de l’Assemblée nationale a fait cette déclaration, ce vendredi par la voie de son porte-parole, le député Oula Privat.

« Nous avons décidé de la suspension des poursuites contre notre collègue Jaques Ehouo. Nous sommes convaincus que nous sommes dans un Etat de droit. C'est bien d'avoir des budgets importants mais il est nettement mieux d'avoir une justice outillée qui répond véritablement aux aspirations du peuple. Nous députés qui avons voté ces lois nous connaissons l'esprit et la lettre des textes que nous avons voté mieux que quiconque, nous pensons qu'il faut arrêter de faire des interprétations inutiles sur des différents articles et arrêter les poursuites pour le moment pour permettre à la représentation nationale d'être mieux informée sur le dossier de notre collègue. Suspendre ne veut pas dire arrêter. Un courrier en bon et due forme sera adressé au procureur de la République ». Oula Privat, vice-président de l’Assemblée Nationale, porte-parole du bureau.

Cette position des parlementaires ivoiriens est conforme à la loi constitutionnelle qui stipule qu’« aucun député ne peut, hors session, être arrêté qu’avec l’autorisation du bureau de l’Assemblée nationale sauf en cas de flagrant délit… ».

Son immunité n’ayant pas été levée, le député continue de jouir de la liberté.

A.K.


Les derniers articles