abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Côte d’Ivoire / Les lauréats du prix Ascad connus, le 22 janvier

ASCAD.jpg

Les lauréats de la 8ème édition du prix de l’Académie des sciences, des arts, des cultures d’Afrique et des Diasporas Africaines (Ascad) 2018 avec pour thème « Contribution à l’autonomisation économique de la femme en Côte d’Ivoire », seront connu, le 22 janvier.

Reportée à plusieurs reprises, la cérémonie de remise des prix aura finalement lieu le 22 janvier 2019, à l’Auditorium de l’ordre des architectes de Côte d’Ivoire à Cocody. Le premier lauréat empochera 5 millions de francs Cfa. Ensuite deux prix d’encouragement respectivement de  2,5 millions et 1, 5 millions de francs Cfa seront attribués.

L’information a été rendue publique par Tuo Touré Bakary, président de la Commission d‘attribution du prix Ascad, hier au siège de l’institution à Cocody-Angré. Pour lui, le prix Ascad 2018 a été lancé en juin 2018 et la date butoir des dépôts de candidature a été fixée en août de la même année. A cette date, des candidats potentiels se sont manifestés tard et la date butoir a été prorogée jusqu’au 02 octobre.

17 candidatures ont été enregistrées. Lesquelles ont été examinées par la commission. Au terme  de l’examen, un dossier parmi les 17 a été rejeté  parce qu’il était incomplet. Ensuite, un comité de trois experts a été commis pour analyser les 16 dossiers retenus. Il a rendu son rapport le 22 novembre dernier, dans lequel il a été mentionné que le thème a suscité un engouement par rapport aux autres des années précédentes.

« La cérémonie de remise du prix était prévue le 13 décembre 2018. Malheureusement, un membre  de la commission, en la personne du professeur Sery Bailly  est décédé. C’est pourquoi, le président de l’Ascad a décidé de reporter la cérémonie au 22 janvier 2019 », a-t-il informé.

Les candidatures reçues viennent des organisations de la société civile dont les activités portent sur la production des vivriers, l’alphabétisation des femmes, la transformation semi-industrielle des produits vivriers, l’encadrement des femmes, la formation dans les métiers de la cuisine, de la coiffure, de la pâtisserie, de la pharmacie, aide-soignante, l’élevage, les produits de la pêche et les microfinances. Pour lui, toutes ces activités contribueront à la lutte contre la pauvreté et l’autonomisation des femmes.

« Aujourd’hui, il  y a nécessité de rendre les femmes économiquement forte et indépendante. Les montants des prix Ascad n’ont pas augmentés mais e prix Ascad est un label qui récompense les travaux déjà réalisés.

R. K.


Les derniers articles