abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

La tension monte entre la Chine, les USA et le Canada / Arrestation d’une dirigeante de Huawei

meng-Wanzhou.jpg

La guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine depuis plusieurs mois déjà, risque de prendre une nouvelle tournure après qu'une dirigeante du groupe chinois Huawei ait été arrêtée au Canada sur demande des États Unis.

Selon certaines sources, Meng Wanzhou, la directrice financière du géant chinois des smartphones est accusée d’avoir enfreint les sanctions américaines contre l’Iran. Dans un communiqué, les autorités chinoises par l’intermédiaire de l’ambassade de Chine au Canada ont “protesté avec force” contre cette interpellation d’une citoyenne chinoise “n’ayant violé aucune loi américaine ni canadienne”. 

Alors que les relations entre les USA et la Chine s’étaient un peu adoucies il y a quelques jours lors de la rencontre entre Donald Trump et XI Jinping, en marge du sommet du G20, cette arrestation risque de rajouter de l’huile sur le feu. Dans un communiqué, le ministère de la justice du Canada a déclaré ceci: “ Meng Wanzhou a été arrêtée le 1er décembre à Vancouver. Les États-Unis réclament son extradition et une audition pour sa remise en liberté conditionnelle doit avoir lieu vendredi.”

Réaction des autorités chinoises

Pékin s’est vivement insurgé contre l’arrestation de Madame Meng Wanzhou. L’empire du milieu exige la libération immédiate de la responsable d’HUAWEI. Dans une déclaration, le porte-parole de la diplomatie chinoise Geng Shuang a dit ceci : “Nous exigeons des deux parties (Canada et États-Unis) que des clarifications nous soient fournies au plus vite quant aux motifs de cette détention”. La firme internationale a aussi communiqué, elle affirme ne pas être au courant que sa directrice ait violé des règles. ” Huawei respecte toutes les lois et réglementations en vigueur, y compris les lois et réglementations en matière de contrôle des exportations et des sanctions, adoptées par l’ONU, les États-Unis et l’Union européenne.”

A.K. source lanouvelletribune


Les derniers articles