abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Côte d’Ivoire / Agressions et violences sur les journalistes : La Cijp saisit le ministre de la Sécurité, Sidiki Diakité

Commision Cijp .jpg

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Sidiki Diakité, a échangé, ce lundi 12 novembre avec les membres de la commission paritaire d’attribution de la Carte d’identité de journalistes professionnels et de professionnels de la communication (Cijp) sur leur structure. Le président de la Cijp Abdoulaye Villard Sanogo a saisi cette opportunité, pour présenter au premier responsable de la sécurité en Côte d’Ivoire, la situation des journalistes et professionnels de la communication sur les lieux de reportage. « Les journalistes et les professionnels de la communication malgré leur carte Cijp sont souvent traités comme de vulgaires personnes par les hommes en tenues quand ils sont en reportage. Nous souhaiterions que des dispositions soient prises pour que dorénavant l’on facilite le travail à tout professionnel de la presse qui présente cette carte dans l’exercice de sa profession », a-t-il plaidé. Tout en prenant bonne note cette doléance, Sidiki Diakité a rassuré ses hôtes de son engagement à échanger avec ses « hommes » sur la question, en vue de trouver une solution idoine.

 

 

 

Par ailleurs, les missions de la commission et le bilan de sa session 2017-2018 ont été présentés à Sidiki Diakité. « La commission paritaire a été mise sur pied pour identifier chaque année tous les journalistes et les autres professionnels de la communication de la Côte d’Ivoire. Notamment tous ceux qui travaillent au quotidien avec les journalistes. Je veux parler des photographes, des dessinateurs de presse, des cameramen, des infographistes, des correcteurs, des réalisateurs, des cadreurs et bien d’autres professionnels à qui la commission délivre les cartes. Donc l’Etat a mis en place cette commission pour savoir combien de journalistes professionnels et professionnels de la communication exercent légalement sur le territoire national avec une carte Cijp. Et cette carte dure un an de validité », a expliqué le président de la commission, Abdoulaye Villard Sanogo. Et de poursuivre : « Chaque année une session ordinaire réunit les 12 membres de la commission et deux autres membres représentant chacun le ministère de la Communication et des Médias et celui de l’Intérieur et de la Sécurité. Après les délibérations de cette session ordinaire qui se tient en 6 séances, nous délivrons la carte Cijp aux demandeurs, en application de la loi portant régime juridique de la presse. Et dans sa démarche la commission veille à ce que la cette carte ne soit attribuée qu’aux demandeurs qui travaillent avec professionnalisme et respectent les conditions d’exercice du métier de journalistes ou de professionnel de la communication tel que défini par la loi. Notre commission se présente donc comme un instrument d’assainissement du secteur de la presse, parce la commission est en droit de retirer la carte à un professionnel s’ils violent certaines dispositions de la loi sur la presse dans l’exerce de la profession ». Très heureux de recevoir les membres de la commission dans ses locaux, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité les a félicités pour le travail accompli.  « Je voudrais vous féliciter pour le travail que vous faites. Depuis que cette commission a été créée, il n’y a pas de bruit. Cela sous-entend  qu’elle fonctionne bien. Et nous ne sommes pas toujours là pour vous témoigner notre gratitude. Vous travaillez avec sérieux et professionnalisme », a-t-il déclaré.

A.K.


Les derniers articles