abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Côte d’Ivoire /« Le Pdci doit assumer les conséquences de ses choix sans jérémiades », accuse Adjoumani

Adjoum.jpg

Le porte-parole du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) », le ministre Adjoumani Kobenan Kouassi a nié, au cours d’une conférence de presse ce mardi, les accusations de fraude aux dernières élections locales et appelé le Pdci à assumer ses choix.

Entouré du ministre de la Construction, Bruno Koné, vice-président du Rhdp de la Bagoué, de l’Ambassadeur Ehui Kountouan, de Lénissongui Coulibaly Wenceslas, président du conseil d’administration de la Loterie nationale de Côte d’Ivoire (Lonaci), de Michel Coffie Bénoît, secrétaire général du District autonome d’Abidjan, de Mme Ehui Bernard, anciennement présidente de femmes urbaines du Pdci et d'autres membres du Rhdp, Etienne Adjoumani Kobenan Kouassi a volé dans les plumes du Pdci-Rda et de Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif en chef et son ‘’ lieutenant’’ Jean-Louis Eugène Billon. Qui ont animé les 30 octobre et 1 novembre 2018 chacun une conférence de presse pour ‘’ attaquer’’ le Rhdp et son président Alassane Ouattara. « Le Pdci-Rda, a tenu le mardi 30 octobre à son siège une conférence de presse dont le contenu a consisté à attaquer le Rhdp et son président, Alassane Ouattara et à les incriminer pour justifier sa défaite aux élections couplées du 13 octobre 2018 », a dit d’emblée ‘’l’Eléphant du Gontougou’’ avant de tenir pour responsable le vieux parti des actes de violences qui ont émaillé les élections municipales et régionales. Des manifestations qui ont causé la mort trois personnes. « A partir de ses officines de fraude et de propagande, le Pdci-Rda a inondé les réseaux sociaux de faux chiffres, de prétendues preuves de fraude. Toutes choses qui ont eu pour effet de préparer, de conditionner les esprits à des manifestations de rue qui ont atteint leur paroxysme à Grand-Bassam, à Tanda dans la région du Gontougo, à Koumassi et à Port-Bouët », a soutenu l’ancien porte-parole du Pdci-Rda. Adjoumani a indiqué que le Pdci est animé de mauvaise foi : « Le sentiment qui se dégage de tout ce vacarme est que quand le Pdci-Rda perd, c’est qu’il y a eu fraude, braquage et que sais-je encore. Mais quand il l’emporte, il savoure la victoire, il est fier de crier partout qu’il a fait trébucher le Rhdp auquel il aurait ravi 06 postes de mairie. Oubliant même parfois que c’est la même Cei si décriée qui a proclamé ces victoires. Cela s’appelle simplement de la mauvaise foi ». Le conférencier a invité le vieux parti à rester digne dans la défaite «  Le Pdci doit assumer les conséquences de ses choix sans jérémiades et sans acrimonie. Le Pdci doit rester digne dans la défaite. Toute autre démarche ou entreprise est contraire au jeu démocratique civilisé et s’apparente à de l’intoxication et à la provocation. Le Rhdp rejette catégoriquement toutes les accusations fallacieuses de fraudes proférées par le Pdci-Rda à son encontre ». Relativement à la question du découpage électoral jugé par Jean-Louis Billon le jeudi 1er novembre 2018 de « complaisant » et de « favorable au parti au pouvoir », Adjoumani a invité encore les « nouveaux donneurs de leçons » à consulter l’histoire : « Alassane Ouattara est un homme de parole. Il n’est pas un homme des rétractions comme au Pdci. Depuis son avènement au pouvoir d’Etat, il n’a créé que 4 nouvelles communes : Les communes d’Assinie, Gbéléban, Attiégouakro et N’douci. Contrairement au Pdci et au Front populaire ivoirien (Fpi) qui en ont créé à gogo. 61 communes ont été créées en 1975 et une en 1998 (Mayo). Le Fpi a créé 1126 entités territoriales supprimées par Alassane Ouattara pour insuffisances constatées et liées essentiellement à la taille de la population, au potentiel de développement économique, aux problèmes de rattachement de villages ou de quartiers, fautes d’études géographiques et socioculturelles poussées, au manque de ressources nécessaires, au recrutement et à la mise à la disposition du personnel minimum d’encadrement, au fait que la Dotation Globale de Fonctionnement (Dgf) que l’Etat met à la disposition des collectivités territoriales ne pouvait supporter de charges supplémentaires. Ainsi, le paysage communal est ramené dans sa structuration à cent quatre-vingt-dix-sept (197) Communes », a-t-il soutenu  avant de faire cette révélation divine. Le président Ouattara est un homme bien. Vous l’aimez,  vous ne l’aimez pas. Dieu l’aime ! », a dit Adjoumani. Le ministre des Ressources animales et halieutiques a déploré l’internationalisation du contentieux électoral avec l’arrivée de deux avocats français. « Le Rhdp condamne la ridicule tentative d’internationaliser le contentieux électoral Ivoirien dont le traitement est pourtant bien prescrit dans nos textes, en prétextant que et je cite : « Avant les élections, des rumeurs avaient déjà indiqué qu’un certain nombre de fraudes étaient envisagées », fin de citation », a-t-il déploré.  Le président du conseil régional du Gontougou nouvellement élu a estimé que son «  papa » Bédié est en train d’être induit en erreur : «  Il va arriver un moment où nous allons parler. Billon et Guikahué parlent pour défendre leurs intérêts. Bédié est mon papa, des personnes ont  changé les sons et il a cru. Mais, un jour je vais libérer mon papa Bédié », a-t-il dit. A en croire Kobénan Adjoumani, le Rhdp sera dans la course en 2020. « Le Rhdp doit répondre à cette confiance du peuple pour emporter son adhésion en 2020. En 2020 nous serons encore là, s’il plait à Dieu. Nous en avons les hommes, les femmes et les jeunes, les arguments et les moyens, sous la très haute autorité du Président du Rhdp, le président de la République Alassane Ouattara. Nous en prenons l’engagement aussi », a-t-il conclu sous les hourras et vivats de l’assemblée présente.

A.K. et Y. C.


Les derniers articles