abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

Gabon / privé de salaire depuis 15 mois, un journaliste se suicide

suicide.jpg

On a coutume de dire, que tout travail mérite un salaire. Mais visiblement, au Gabon, cet adage n'est pas encore très bien ancré dans divers domaines de la société.

Un terrible drame s’est produit récemment dans la capitale gabonaise, LibrevillePierre Founguès, journaliste animateur travaillant à Radio Gabon, s’est donné la mort dans son bureau. Le journaliste, qui n’avait pas été payé depuis 15 mois, ne supportait plus sa situation.

Comment en est-on arrivé là? C’est vraiment inadmissible, que de telles choses puissent encore se produire. D’après des sources sur place, le défunt a laissé un testament saisissant, qui peut en révolter plus d’un. Voici ce qu’il a écrit:

“Ma vie a commencé ici et s’arrête ici. Je laisse la souffrance, la misère. Que Dieu veille sur mes enfants.”

Pierre de Founguès, était donc père de famille. Selon toujours des sources bien introduites, le cinquantenaire accumulait 13 mois d’impayés de frais de production. Il était devenu un sans domicile fixe, obligé de transformer son bureau en un abri de fortune.

La rentrée scolaire, approchant à grand pas et face à la perspective de ne pas pouvoir régler la scolarité de ses enfants, Founguès, au fond du trou décida de mettre fin à ses jours.

Le laxisme et le mépris de la direction de la radio

En temps normal, des mesures fortes auraient dû être prises, pour situer toutes les responsabilités. Comment se fait-il qu’un employé peut passer plus de 15 mois sans toucher son salaire, sans que cela n’interpelle personne au sein de la direction de la radio.

Le comble, c’est que le ministre de tutelle, qui est en charge de la communication n’a pris aucune mesure. Il a simplement appelé les agents de Radio Gabon au recueillement. Le cas de Pierre de Founguès n’est pas isolé, car de nombreux travailleurs de l’Agence gabonaise de Presse, vivent fréquemment le même calvaire. Et quand ils veulent revendiquer leurs droits, ils subissent des répressions.

Source lanouvelletribune


Les derniers articles