abonnez-vous à Presseivoire.com : 500F CFA le premier mois, sans engagement j'en profite

maltraitance d'un enfant:quelles influences sur son bien-être et sa santé futures

maltraitance1.jpg

Sans le savoir,de nombreux parents font souffrir certaines de leur progéniture. Cela entraîne de profondes douleurs.Dans 99,99% des cas,les parents ne demandent pas pardon à ces enfants préalablement blessés qui devront affronter cette vie sociale.

En réalité, ces parents ne se rendent même pas compte qu'ils leur ont fait du tord et que cela pourrait avoir une influence sur leur bien-être mentale et sociale et futures.

Mise en situation

En 1991, dans une ville de la Cote d’Ivoire, il y avait un père extraordinaire que j’ai connu. Ce dernier avait eu un enfant avec sa première conjointe. Puis il s’est séparé de cette dernière et s’est remarié à une autre femme qu’il aimait beaucoup bien sûr. La complicité et l’amour fou qui régnait entre lui et sa nouvelle dulcinée étaient tels qu’il ne s’occupait même plus de l’enfant issu de la première union. L’enfant en question n’avait que cinq ans.

Sa nouvelle conjointe maltraitait l’enfant, le forçant à faire la vaisselle, à vendre ses jus aux bords de la route. De retour du boulot, son père le battait souvent, lorsque sa dulcinée lui rapportait les faits de l’enfant en exagérant pour que son père le batte puisque aveuglé par l’amour qu'il avait pour cette deuxième conjointe et ayant une confiance totale aux dits de cette femme. Cette femme n’aimait pas l’enfant, nous les enfants du voisinage l’avions constaté.

Trois ans après, la nouvelle femme de son père a donné naissance d’un enfant qui était chéri par le père comme si c’est en ce moment qu’il venait d’etre père pour la première fois. Cet enfant a eu tout l’amour et soins de son père. La dame en question continuait de battre et d'injurier méchamment l’enfant de la première épouse. Cet enfant grandissait dans cet environnement de souffrance morale contrairement aux enfants de sa belle-mère. L’enfant évoluait bien à l’école jusqu’à l’université. Après ses études universitaires en sciences économiques, il était directeur dans une entreprise de la place avec un salaire très intéressant, une belle voiture et une résidence digne d’un manager d’entreprise. Il vivait une belle vie maintenant après ce long moment de souffrance morale.

Un an après qu’il soit nommé directeur, l’un de ses frères (les enfants de sa belle-mère qui l’a maltraité) obtient son baccalauréat et doit venir à Abidjan. Son père l'appelle pour l’informer que son frère ira chez lui le lendemain de leur entretien téléphonique, sans demandé son avis ni son consentement éclairé (une dictature parentale). Le jeune directeur est irrité et blessé à nouveau par l’attitude dictatrice de son père.

Le lendemain, son frère est venu chez lui accompagné de son père. Il se senti obligé de l’héberger pour éviter la colère de son père, mais il n’était pas content de recevoir son frère dont la mère n’a fait que le maltraiter y compris son père au détriment des enfants de sa nouvelle femme dont fait partie ce frère (le nouveau bachelier). Le père obligeât son fils à soutenir son frère bachelier sur tous les plans (financier et parental) et retourna dans sa ville de résidence. Le jeune directeur qui menait une vie sans alcool, commença à consommer de l’alcool, fumer la cigarette et commença à fréquenter les cabarets car il se sentait profondément blessé par le forcing dictatorial dont il a été l’objet de la part de son père et était obligé de recevoir son frère bachelier. Il se souvenait en permanence de la maltraitance dont il a été l’objet de la part de la mère de son frère et chaque fois qu’il le voyait il avait de plus en plus mal. C’est normal d’ailleurs puisqu’il y avait une blessure antérieure profonde non cicatrisée. Il a eu des poussées hypertensives par moment. Huit mois après la venue de son frère, il a été victime d’un accident vasculaire cérébral transitoire (AVC). Il avait une baisse de la sensibilité et de la motricité de son pied gauche et il boitait légèrement.

Le pardon, purificateur

Il rencontra un jour l’un de mes cousins qui lui remis mon contact téléphonique. Lorsqu’il m’appela pour me saluer, il m’expliqua qu’il a été victime d’un AVC transitoire. Je lui ai demandé de me rencontrer, ce qu’il fit. Nous avons eu un entretien profond et il en ait sorti une souffrance morale chronique (une blessure intérieure non encore cicatrisée) due aux agissements de son père et sa belle-mère à son endroit lorsqu’il était encore chez eux. Par le fait et la manière de la venue de son frère chez lui qui n’a pas été précédé de diplomatie de son père, selon lui, a encore réveillé les douleurs anciennes latentes qui ont refaient surface et sont devenues encore plus endolories. Après plusieurs entretiens, il se sentait de mieux en mieux au niveau mental et social et arrivait à regarder son frère comme un vrai frère et non comme la progéniture d’une femme maltraitante.

Il y a plusieurs personnes qui se retrouvent peut-etre dans l’histoire de ce jeune homme.

Lettre aux parents

Veuillez-bien etre attentionnés envers vos enfants, occupez-vous d’eux convenablement car ils sont comme des écouteurs qui enregistrent tous ce que vous leur faites et ils les emmagasinent. Cela peut impacter négativement non seulement sur leur vie sociale future mais aussi sur leur santé mentale et leur bien-être.

Veuillez bien aimez tous vos enfants de la meme manière. 

Surtout aimez davantage les enfants dont la mère n'est plus dans le foyer. En effet,ces enfants ont déja une souffrance psychologique non exprimée par rapport à l'absence de leur mère avant l'arrivée de la nouvelle épouse de leur père. 

Veuillez bien demander pardon sincèrement à vos enfants pour tout le mal que vous leur avez fait. Pour y arriver, retirez-vous dans le calme avec chacun de vos enfants (en les rassurant au préalable bien sûr, sinon ils ne vous diront pas la vérité) et posez-leur la question suivante :’’toi et moi, on est ami désormais, je suis sûr que je t’ai fait du tort quelques fois. Dis-moi tout ce que je t’ai fait de mal pour que je ne les fasse plus encore’’ ajoutez ceci :’’je te promets que je vais changer’’ puis faites lui une tape amicale dans la main. C’est sûr qu’il sera surpris de votre attitude nouvelle mais tout à un début, il va comprendre que vous êtes sérieux et va s’ouvrir à vous. Vous pourrez scruter ses dits et enfin lui demander sincèrement pardon en lui rappelant que vous avez changé. Cela va améliorer son bien-être et même vos rapports qui seront de qualité.

A vous de l’appliquer pour le bonheur de vos enfants et l’harmonie familiale.

 

Par Dr Marc TRA, médecin

Coach du bien-etre 

Coach des personnes stressées et des personnes obèses ou en surpoids.

Coach des couples en difficulté de communication

Coach des enfants

Auteur du site de conseils santé www.carrefour-sante-africa.com

contact:(00225) 07630696

 


Les derniers articles