Goudé, membre du groupe Magic System : « Comment j’ai été guéri de l’hypertension »

Goudé.jpg

Le chanteur Goudé et des malades guéris par le bio-médecin Jean-Yves Diamana, ont rendu des témoignages émouvants lors de la conférence inaugurale de l’Association des chefs d’entreprises de presse numérique de Côte d’Ivoire (Aceppnci) qui s’est tenue à son siège à Yopougon, le samedi dernier.

Goudé Sodoua, alias Goudé du groupe Magic System est au mieux de sa forme après une longue absence causée par l’hypertension doublée d’une insuffisance rénale. Samedi dernier à Yopougon, l’artiste et des malades guéris ont traduit leurs reconnaissances au bio médecin-chercheur, Jean Yves Diamana, l’artisan de leur guérison.

Le Gaou du groupe Magic System rebaptisé Timothée, peu bavard, a expliqué qu’il n’était pas pourtant un adepte de la « science Afrique » prônée par Yves Jean Diamana. « J’étais à Paris avec mes amis du groupe Magic System dans le cadre d’un concert tournant en Europe. On était attendu à 22 heures pour une prestation.

Bien avant de monter sur scène, on avait notre prière habituelle dans la loge. C’est après le premier morceau que j’ai commencé à avoir le vestige.  J’ai fait signe à Manadja (Ndlr : un membre du groupe) qui m’a demandé de descendre. J’ai été conduit dans un hôpital pour examen. Ma tension était à 22 avant de monter à 24. C’est grâce à ma femme qui était à mes côtés que je suis entré en contact avec le docteur-chercheur », explique le chanteur qui a fini par revenir au bercail.

« Le Médecin m’a fait savoir que lorsque vous avez une tension trop élevée, elle peut s’accompagner d’’insuffisance rénale. Je suis retourné en France quelques jours pour poursuivre les concerts. J’ai chuté. L’hôpital m’a dit que je souffrais d’une insuffisance rénale. Et que je devais chercher une prise en charge médicale », dit-il avant d’insister sur l’invitation du biologiste africain.

« Le docteur m’a demandé de revenir à Abidjan pour des soins. Les médecins blancs m’ont dit que ce n’est pas possible. Après des soins, je n’ai plus l’hypertension. Je suis passé à 12. L’insuffisance rénale est aussi passée à 12. Je mange bien, je dors bien par la grâce de Dieu », a déclaré l’artiste.

 

Une malade de la covid 19 aux anges

Atteinte de la covid19, une patiente du chercheur a confié lors de cette conférence qu’elle est désormais guérie de cette pandémie.

« Je prenais des antibiotiques et d’autres médicaments bien avant de croiser le chercheur. J’avais peur. Je suis restée confinée seule à Yopougon. Grâce au traitement du chercheur, j’ai été déclarée négative après deux semaines de traitement. Le prochain test a été confirmé négatif à Bingerville où je partais pour le suivi puisque c’est dans cette banlieue que j’ai contracté la maladie », a-t-elle indiqué.

Pour le Suisse Thiery Aimé Guberan, chef des opérations dans une entreprise de sécurité de la place, le temps est venu de faire confiance aux soins africains. « Certains organismes sont énervés. Il faut revenir à de nouvelles valeurs. J’invite l’Oms à prendre au sérieux les remèdes africains », souligne-t-il.  

Invité à se prononcer sur le thème : « La bio médecine face aux maladies dites incurables : quelle approche médicale pour le bien-être des journalistes », le bio médecin-chercheur Jean Yves Diamana a rassuré les hommes des médias que des solutions de guérison pour le cancer de la prostate, la colopathie, le diabète, l’insuffisance rénale, l’ulcère, le cancer du col de l’utérus, ces pathologies dites « incurables », sont disponibles.

C’est du moins ce qu’affirme Dr Diamana qui dit avoir trouvé un mode de traitement sans passer par une opération chirurgicale. Le président de l’Aceppnci, Germain N’dri a remercié ses hôtes pour leur engagement aux côtés des journalistes.

A. D. N.